12 févr. 2015

Antoine Mesnage : Good morning from Ireland !

Artcile 1 - Come Back from UK
Article 3 - Norvège : Preikestolen Line en amoureux
Article 4 - Chinoiseries slacklinesques!
Article 5 - A la conquête des Balkans





     Déjà six mois que je fais mes études dans la petite ville de Tralee (IRL), et je dois dire qu’on s’y habitue plutôt bien, la bière est bonne, les gens sont cool, et les paysages sont à couper le souffle.
Les road trips à la découverte des lacs du Connemara, des grandes falaises de Moher ou bien des étonnantes pierres de la chaussée des géants, sont des moments inoubliables, ou le sentiment de liberté et de solitude se fait ressentir dès que l’on s’éloigne un tout petit peu de la route principale.



120 mètres de Water au dessus de Muckross lake, Kilarney

    L’Irlande, c’est vrai que c’est humide et pluvieux, mais ça offre de magnifiques arcs en ciel, et ça laisse quand même place à des journées ensoleillées, qui permettent de découvrir les sentiers escarpés de la région du Kerry, à la recherche de spots pour installer une Slack.
    Le top, c’est les lacs, il y en a à tous les coins de route. Cela m’a permis de poser plusieurs belles waterlines, ou le catch reste quand même obligatoire en raison de la température, plutôt fraiche, de l’eau.




     La Jumpline tout seul, ce n’est pas très marrant ! Mais j’ai eu il n’y a pas longtemps la visite de l’ami Vivius, qui a permis une bonne grosse session sur 25 mètres de Jumpline. C’est long, mais ça envoie !





     Au sujet des Highlines, c’est plus compliqué, il y a très peu de slackeurs, donc pas de spots connus. Il est aussi interdit de percer dans la roche en Irlande, donc tout cela donne des conditions assez difficiles.
     Ma première highline en Irlande a donc été pendant nos petites vacances à Belfast. Je rencontre sur place un des seuls Slackeurs, Ivan, un Ukrainien vivant en Irlande. Lui et toute sa petite famille ne manqueront pas de nous réserver un accueil plus que chaleureux.

          L’idée d’Ivan était d’aller poser une highline au-dessus du Dock du Titanic. N’ayant pas démarché des autorisations, on se rend à Belfast de nuit, pour une installation discrète. Mouvements limités, communication réduite, pour ne pas se faire repérer (tout ça en Anglais, un bon challenge pour évaluer les progrès que j’ai pu faire durant ces six premiers mois) ! L’installation se termine. J’y vais en premier et flashe cette ligne de 25 mètres, avant le lever du jour. Ivan enchaine derrière moi, et passe la ligne après quelques essais.


 
    On se rend compte finalement que nous nous sommes trompés de dock, que nous ne sommes pas sur celui du Titanic qui lui fait 65 mètres de large, mais sur un beaucoup plus petit. Plus le temps de changer de lieu, on se contente donc de cette longueur. (La réelle Titanic line sera installée durant cet événement, vous êtes tous invités ! https://www.facebook.com/events/343289859192409/?fref=ts



     Nous continuons donc à Slacker cette belle ligne pendant que le jour se lève. La police nous demandera finalement de désinstaller, très amicalement, vers 9 heures du matin.
L’appel à la highline est donc ouvert, et on continue 3 jours après, de retour à Tralee.
Estelle, (dans le rôle de la graine de slackeuse, de la petite amie, de la compagne d’installation et de la photographe en herbe), étant venue me voir, nous nous motivons à aller faire une tentative d’installation, dans un coin que j’avais repéré sur Google Maps (Et oui, quand on n’a pas d’idées de spot, on utilise la technologie !).

     L’accès et l’installation paraissent faciles, mais les tourbières, ruisseaux, et nœuds au milieu de la sangle (ma petite spécialité je dois le dire) compliquent un peu la tâche. Les ancrages sont naturels, deux arbres de chaque côté, dont le diamètre oblige à ne pas tendre trop fort. Après deux bonnes heures, je finis enfin par mettre le dernier scotch. La ligne fait une soixantaine de mètres, cela me parait tellement long, vu que je n’ai pas vu de tels monstres depuis des mois.



    La reprise est dure, c’est mou, c’est long. Puis la confiance revient petit à petit, et me permet de traverser la ligne plusieurs fois. Les 25 mètres de hauteur au milieu redonnent ces frissons que j’avais oubliés.
    
Cette ligne est donc la première highline Irlandaise ! C’est un réel Bonheur, après tant de mois de recherche et d’échecs.
Il me reste encore quatre mois à vivre ici, et les beaux jours sont à venir ! En espérant pouvoir découvrir encore de nombreux magnifiques spots.



Si vous passez dans le coin, n’hésitez pas à me prévenir ! Sinon, à bientôt, et keep it slack !

Aucun commentaire: