31 juil. 2014

L'après Natural Games, du rab de highline





Une fois les Natural Games terminés, toute l’équipe est rentrée au camps de base, Cons Sainte Colombe. Notre ghetto.
Parmi nos bagages, nous transportions José. Un jeune chilien, invité par Slack pour être le parrain des NG. José Pablo Donoso est doué en slackline mais il ne faut pas le brusquer. Chaque chose en son temps. Pour l’heure, il a envie de faire des back flips en highline. Moi aussi j’aimerai bien faire des back flips, et pourtant…



Histoire d’occuper notre chilien, Julien lui propose d’aller tendre une ou deux highlines dans les jours qui suivent. Ce qui constitue aussi une excellente excuse pour passer du temps au grand air plutôt que devant un ordinateur. Prenant le parti de Julien, je me rallie à cette entreprise, prétextant - à juste titre - qu’il ne faudrait pas manquer l’occasion de faire de bonnes images.



Nous voici tous les trois, Julien, José et moi, à grimper un sentier escarpé pour installer une highline sur le site des Pérouses, à un kilomètre seulement du bureau. Une belle ligne de 69m reliant une arête au flanc de la montagne. Si l’entreprise était un peu prétentieuse pour José et moi, Julien a géré la traversée. Je le soupçonne d’avoir catché volontairement une fois au milieu pour épargner nos égos meurtris.




Le jour suivant, nous sommes partis pour un projet un peu plus réaliste (pour José et moi) et plutôt excitant au niveau du cadre. Direction Chamonix et la désormais célèbre highline du Brévent. Julien se fend d’un petit saut de Wing Suit avec Tancrède qu’on rencontre complètement par hasard alors qu’il filme avec TF1. J’équipe donc la ligne avec l’aide de José. Julien arrive juste à temps pour nous aider à tendre les 30m de sangles qui séparent notre côté de l’arête verticale d’en face.



Après mon cuisant échec de la veille, j’y vais le premier et miracle, je me lève, marche et traverse. Idem pour le retour. Mon égo va mieux, je sais encore tenir debout sur une highline! Je peux maintenant me concentrer sur mes photos. Le temps de s’habituer à cet environnement nouveau et José fait lui aussi une belle traversée. Mais de la journée, on n’entend pas trop parler de back flip. Julien quant à lui se paye le luxe de placer quelques figures du genre surf, planche et même un petit butt bounce entre deux passages sur la slack déguisé en gorille.



Au fur et à mesure de la journée, nous avons le plaisir de voir arriver Guillaume Bocquet et son drone qui en profite pour faire quelques images aériennes. Puis Louis Schwartz, un jeune bourré de talent qui n’a aucun mal à poser un double drop knee face à la vallée 1500m plus bas. Un peu plus tard, Antoine Moineville et deux potes à lui sortent d’une voie d’escalade où je ne me verrai pas mettre les pieds.
C’est à croire qu’on a plus de chance de croiser des potes au Brévent qu’au café du coin.





Pour finir la journée en beauté, Julien redescend à la voiture par le couloir de l’Ensa, mais sans y poser le pied, cela va de soi. 



28 juil. 2014

Thibault Cheval, Team Slack.fr



" Attention aux vaches quand on slack à la campagne! "




Nom : Thibault Cheval


Age : 22 ans

Ville : Avignon


  1. Bob je quitte le navire (aout 2016) - highline, basejump et parapente en même temps
  2. PenBaHigh in Verdon (Octobre 2015)


Quand est-ce que tu as commencé le Slackline? 
J'ai commencé la slack il y a 4 ans, en Décembre 2011, après avoir regardé le documentaire I BelieveI Can Fly.
J’ai demandé au père Noël une slack, et j’ai trouvé au pied du sapin le kit 241 avec une baobab et une petite tubulaire. J’ai rapidement laissé la baobab pour tendre la tubulaire à l’aide d’un système de type primitiv’ que j’avais bricolé avec un descendeur d’escalade !

Ton premier souvenir de Slackline?
Comme beaucoup je pense que mon premier souvenir de slackline c'est une sangle de 5cm tendue au cliquet sur 10m dans le jardin !
Au bout de deux heures l’aller était dans la poche, le lendemain c’ était l’aller retour, et ensuite j’ai commencé à essayer de faire des figures que j’inventais au fur et à mesure !



Ton mentor?
Tancrède Melet et JulienMillot, 4 mois après mes débuts, lors de ma première session dans le Verdon. Ils tournaient une publicité pour un site de rencontre et je suis allé leur demander si je pouvais mettre un essai quand ils auraient fini. Ils ont accepté et après quelques faux départs j'ai flashé la ligne, Julien m'a félicité, je n'y croyais pas! Un très bon souvenir.

Ou t'entraînes-tu? Y a-t-il un spot que tu aimes en particulier?
 Comme je bouge beaucoup je n'ai pas de spot d'entrainement particulier.
Je suis cordiste et suis amené à bouger pour mon travail sur différents chantiers, et quand je ne travaille pas je me déplace sur différents site de slack, d’escalade ou en montagne, ce qui fait que je suis rarement chez moi !
J'ai beaucoup de spots préférés! Les Calanques de Marseille et la Cascade de la Vis (Hérault) pour la water; Millau, Ostrov (République Tchèque) et les Gorges du Verdon pour la highline, pour ne citer qu'eux.

L'inespéré, La Jonte, Millau


Ce que tu préfères dans le slackline?
Ce qui m'a tout de suite plu avec la slack c'est l'obligation de rester concentré, ne rien lâcher du début à la fin! Les sensations lorsqu'on est à l'aise sur une ligne aussi, cette sensation de flotter au milieu du vide, "oneinch from flying" comme dirait Jerry !

Tes meilleurs performances?
120m de waterline
65m de highline
160m de longline

L'événement que tu recommandes?
Pour les rassemblements c'est passage obligé aux Natural Games pour l'ambiance: concert, grosse émulation entre slackeurs.
Ensuite Festislack, à Saint Laurent d’Aigouze, événement organisé par Robin, en mode détente au bord de l'eau, plein de water, de longue, un peu de treeline, c'est toujours un très bon week-end.
Pour finir je dirais le FISE de Montpellier, peu de slack mais un énorme niveau dans pleins de disciplines outdoor, c'est toujours du beau spectacle.


Qu'est ce qui t'attires dans le Slackline?
La slack, comme la grimpe, m'ont amené à vivre un peu différemment, c'est cet esprit nature, tranquille, qui me plaît et me pousse à continuer de pratiquer.



Ton astuce Slackline?
 Bien fléchir les genoux et appuyer sur le pied de devant pour calmer les serpents sur des longueurs importantes (ça marche pour moi en tout cas..!)

Objectifs de la saison ou objectif tout court?
Pour cette saison j'aimerais répéter et ouvrir des skylines, c'est-à-dire des highlines en haute montagne. Sinon à long terme j'aimerais arriver à passer 100m de polyester en highline.


Une anecdote?

Attention aux vaches quand on slack à la campagne, la charge d'un bovin sur une slack ça fait bizarre au slackeur.. et à la vache!

Une chose à essayer en slackline?
La politesse m'interdit de répondre à cette question..


Une chose à ne pas faire?
Bâcler son instal', que ce soit en highline ou en longue.



Un mot à propos de Slack.fr?
 Pour moi c'est grâce à eux si la slackline en est là en France, ils ont énormément participé au développement et à la promotion de ce sport.

Un produit en particulier à conseiller?

La Maverick de Slack.fr, douce sous le pied, lourde mais pas trop, un vrai plaisir à slacker !


Le mot de l'équipe : 
Thibault, c'est le gars que vous verrez aider sur toutes les installations de presque tous les rassemblements de highline, que vous verrez porter secours à des grimpeurs bloqués 50m au dessous des lignes dans le verdon, que vous verrez traverser de belles lignes, mais qui restera discret quand il se pose au bord du vide.
Calme et réfléchit, ses conseils lors de vos premiers essais seront appréciés.

Théo Sanson, Team Slack.fr



" J'ai commencé à m'entraîner les yeux fermés car je n'avais pas de sangle assez longue... "





Nom : Théo Sanson

Age : 27 ans

Ville : En déplacement


Quand est-ce que tu as commencé le Slackline? 
J'ai commencé le slackline comme tout le monde dans un parc à 20 cm du sol, en 2010.

Ton premier souvenir de Slackline?
 Difficile de dire quel est mon meilleur souvenir de slack, il y en a tellement. Ce qui est clair c'est que cela a changé ma vie et que je ne remercierai jamais assez les personnes qui m'ont permis de découvrir cet Art.

Ton mentor?
La première personne qui m'a réellement impressionné en slackline a été Mathieu Pertus(Slackliner Ardèchois, organisateur du Slackline Ardèche Meeting), il avait laissé en surveillance et surtout en jeu libre sa slack à des gens qu'il avait rencontré dans la journée. Une belle crisis de 25m bien entretenu comme à son habitude.
Malgré les nombreux essais, impossible de faire plus de la moitié. Quand Mathieu arrive il la randonne les bras le long du corps...le soir même je m'achetais un kit 35m chez slack.fr sur ses conseils, en pensant que c'était un "investissement" loisir sur du long terme...heureusement que j'ai rencontrer d'autres personnes qui m'ont permis de jouer sur plus long. Mes maigres finances ne m'aurait pas permis d'acheter une autre sangle.
Au bout de 8 mois j'ai refais un investissement, 300m de sangle lourde.


Ou t'entraînes-tu? Y a-t-il un spot que tu aimes en particulier?
J'ai passé beaucoup de temps à m'entrainer au parc Paul Mistral à Grenoble, je pense aujourd'hui avoir trouvé un super spot d'entrainement pour les projets à venir.

De tous les lieux visités pour la slackline/highline, je crois que mon spot préféré reste le Verdon (il en reste encore tellement à découvrir).
Pour sa dimension terrifiante, sa beauté, ses mythes,...et puis c'est là bas qu'on Verdon...ne tout !!!!
C'est là que j'ai découvert, la véritable paralysie face au vide, impossible de tenter de se lever, le transit intestinal, était trop fort.
Là encore Mathieu est arrivé à la rescousse, lui aussi terrifié mais capable de traverser la 18m qu'il fallait démonte aussitôt.
Grâce à lui j'ai pu me débloquer et tenter de me lever sur la 35m, lui s'est surpassé et l'a traversé.
http://www.youtube.com/watch?v=P83CjUW3vqE


Ce que tu préfères dans le slackline?
Ce que je préfère dans la slackline c'est la dimension relaxation et thérapeutique, c'est une métaphore de la vie, une manière extraordinaire de s'exprimer et de se découvrir...trouver l'équilibre, affronter ses peurs, grandir, tomber, se faire mal, se relever,...bref profiter de la vie avant de la voir disparaitre, si tant est qu'on en ait le temps...

Tes meilleurs performances?
Mes meilleurs performances ont d'abord été de retrouver du plaisir avec mon corps, de retrouver confiance en soi, de retrouver un but dans sa vie,...
Ensuite, je dirai la possibilité d'entamer un dialogue intérieur avec soi-même...

Pour ce qui est des chiffres :
Je suis recordman du monde de Longline avec Nathan Paulin. Nous avons traversé 601m sur de la MoonWalk fin novembre 2014. Le record précédent était de 494m.
Sinon, 170m en highline, 100m en blindline au sol et 56m en l'air. Et puis cette super Rodéo entre deux highlines pleins gaz à Sordidon avec Corentin Van Bockstael. 
Et puis il y en a d'autres dont je parlerais bientôt.




L'événement que tu recommandes?
J'ai énormément apprécié le UrbanHighline Festival à Lublin (Pologne) pour son ambiance, ses rencontres et ces lignes urbaines.
Le highline meeting à MontePiana, des purs moment de bonheurs avec Alain Marcus en un mot, dolomythiques !!!!
Les rassemblement spontanés restent les meilleurs à mon goût.

Ton astuce Slackline?
Jouer avec les variables, tension, longueur, poids, slack,...essayer de nouvelles choses même celle qui paraissent impossible !!!


Objectifs de la saison ou objectif tout court?
Mes objectifs de la saison sont avant tout de me faire plaisir et de rencontrer la communauté (qui grandit de plus en plus) en faisant un petit tour de France.
Et puis, j'ai un gros projets que je dévoilerai petit à petit qui devrai durer environ un an pour arriver à être réaliser.

Une anecdote?
J'ai commencé à m'entraîner les yeux fermés car je n'avais pas de sangle assez longue...



Une chose à essayer en slackline?
Tout est bon à essayer, tout ne plaît pas...chacun son truc.
Personnellement, j'ai beaucoup apprécié  la rodéoline et la blindline


Une chose à ne pas faire?
Attention à ne pas aller trop vite, pas après pas trouvez son rythme, ne pas griller les étapes.

Un mot à propos de Slack.fr?
Sans Slack.fr et toute son équipe, je n'aurai peut être jamais découvert la "sangle molle".
Une équipe complétement délirante  (cfslackline et wingsuit pirates) mais avec un sérieux  nécessaire à toute entreprise.
Les actionnaires sont absents chez eux et si rien n'as changé ils sont du genre communiste pour les salaires.
Une entreprise de copains plein d'humour, aux compétences très complémentaires, ou devrait t'on dire équilibrées?
Ils sont fidèles aux valeurs que l'on attribue généralement aux slackliners, généreux, partageurs, sérieux,...mais pas rigides bref ils sont à l'image de leur slogan : its all about balance.
Je leur souhaite de la réussite, mais pas une croissance infinie et destructrice,... de la pérennité, de la sagesse et je pense qu'ils ont toutes les qualités requises pour y parvenir.

Un mot pour chaque personne :
-Pour le père Ju : merci d'avoir insufflé toute cette inspiration grâce à tes exploits avec lesskyliners.
-Charles : merci d'avoir cru en la slackline avec ton pote Damien alors que tu aimes le vélo.
-Fab : t'es content maintenant hein? Orgie de graphiiiiiiiiiiiisme !!!! dont brain your damage.
-Quentin : L'homme à tout faire, le trieur, packeur, standard téléphonique, sans lui slack ne vous livre plus rien et vous prends votre argent.
-Thib : siège éjectable? si vous voulez sauvez Thibaut, n’appelez pas le numéro qui s'affiche sur le bas de votre écran achetez plutôt des sangles chez slack.fr.

Pas d'emploi en France? en voilà cinq sur qui vous pouvez compter et sans eux la plupart d'entre vous ne ferait pas de slack,...un grand MERCI à vous !!!! 



Un produit en particulier à conseiller?

Définitivement, la crisis parce que c'est ma première sangle, c'est celle sur laquelle j'ai fait ma première highline, au passage merci à Nina Caprez de l'avoir baptisé au leash fall. Elle est douce, souple et jolie et puis elle rappelle par ses motifs des symboles qu'il faut aborder avec recul.
Pour ce qui est de l'entrainement et de la performance, la moonwalk et son opposé la bonne grosse FAT KillBill sont essentielles.



Le mot de l'équipe : 
Théo est la personne qui a fait connaître le monde du slackline au le grand public ces 2 dernières années. Après avoir battu le record du monde de highline (repris par Jerry Miszewski depuis), il est dans la plupart des reportages consacré à la highline.
D'un naturel cool, très cool, très très cool... Il va et vient là où son camion le mène, en général sur les festivals de slackline et les pentes bien verticales.
Sur la route de nouvelles aventures slackline avec le compère Nathan Paulin. On devrait en entendre encore parler quelques temps!

24 juil. 2014

Lucas Caussade, Team Slack.fr


"Faites des ceintures avec vos vieilles sangles y'a pas plus solide !"




Nom : Lucas Caussade

Age : 19 ans

Ville : St Chély d'Apcher, Lozère

  








Quand est-ce que tu as commencé le Slackline? 
J'ai commencé le Slackline réellement en 2010 juste après les Natural Games de Millau

Ton premier souvenir de Slackline?
Et bien je crois que ça restera le premier buttbounce sorti par Andy Lewis au NG de 2008 lors de son duel contre Michi Aschaber.

Ton mentor?
Sans aucun doute Damien Mercier qui m'a inspiré de A à Z et qui nous a malheureusement quitté trop tôt... Je veux aussi faire une mention spéciale à Charles Giraud pour le soutien sans faille et pour ma première Jumpline.



Ou t'entraînes-tu? Y a-t-il un spot que tu aimes en particulier?
Mon spot préféré c'est la Lozère. Je n'habite pas là-bas depuis longtemps mais faire de la Jumpline avec un paysage aussi beau....je n'ai pas trouvé mieux pour l'instant.

Ce que tu préfères dans le slackline?
Vaste question...!
Mais je pense que c'est la liberté d'actions de mouvements. Chacun trouve son bonheur dans sa performance, qu'on fasse deux pas ou qu'on rentre un buttflip, on ressent la même joie de s'être surpassé. De plus, ce sport reste encore très «cool» dans le sens ou même en compétition, le fair-play et l'amitié règne avant tout; et ça je ne l'ai ressenti nul par ailleurs.

Tes meilleurs performances?
-4ème NG (2012)
-1er FISE (2012)



L'événement que tu recommandes?
Parce que pour moi c'est là-bas que tout a commencé et que tout se fait et que tout se fera. Voilà et puis l'organisation y est toujours tip top. Il faut au moins y aller une fois dans sa vie !

Ton astuce Slackline?
Prendre soin de son matos : faire bien attention à ses ancrages, ne pas s'attacher sur n'importe quoi surtout en Jumpline (et en highline mais ça c'est une évidence), ne pas oublier le back up du cliquet.... Et surtout, en faire avec ses amis car il n'y a rien de mieux qu'une session entre potes.

Objectifs de la saison ou objectif tout court?
Continuer de me faire plaisir et aller faire quelques compétitions a l'étranger.


Une anecdote?
Faites des ceintures avec vos vieilles sangles y'a pas plus solide !

Une chose à essayer en slackline?
Tout. Il faut tout essayer en slackline! Tout reste à découvrir!

Une chose à ne pas faire?
Surtout ne pas faire de la highline/slackline n'importe où, on est toujours chez quelqu'un.

Un mot à propos de Slack.fr?
Un grand merci de  me soutenir depuis mes débuts!

Un produit en particulier à conseiller?
La Jumpline 4cm, la meilleure jumpline que j'ai pu slacker. De plus elle est assez résistante et très pimpante.




Le mot de l'équipe :
Lucas a été l'un des premiers vrais Jumpliners français. Présent dans la plupart des rassemblements Jumpline, il est égulièrement sur les podiums. En plus de son talent à sauter sur des sangles, il a aussi de bons petits délires qu'il immortalise en vidéo. Vous retrouverez ici quelques pépites à conserver précieusement et à ressortir dans quelques années:
-Men in Slack
-Yohanna Jones et l'Aventurier de la Slack Perdue



20 juil. 2014

Sous le Soleil de Millau




On ne compte désormais plus les années de présence du slackline aux Natural Games. L’eau a coulé sous les ponts du Tarn et il devient difficile de connaître tout le monde tellement nombreux sont devenus les slackliners.




Nous sommes bien loin du temps où une dizaine de highliners se réunissaient dans la Jonte pour tendre une incroyable highline de 60m, le temps où il fallait quatre jours pour passer les 40m de l’Inespérée.
Andy Lewis, Jon Ritson, Michi Aschaber, Julien Millot, Jelena Schradi, Liby Sauter, Damian Cooksey, Hugo Langel Van Erven, Tancrède Melet et quelques autres originaux dont je faisais déjà parti étaient réunis sous la coupe de Damien Mercier et Charles Giraud. Aujourd’hui, il faut un tampon et faire la queue pour monter sur une highline. Oui, mais aujourd’hui on passe 170 mètres comme on en passait 60 il y a cinq ans. Grâce aux quelques précurseurs cités plus haut, les standards ont explosé, les records d’hier se sont fait ridiculiser. En bref, notre sport a connu une telle envolée royale que de nombreux jeunes bourrés de talent émergent régulièrement, et semblent se mouvoir naturellement sur cette sangle qu’il nous a fallu apprivoiser pas après pas.




Mais ce qui vaut pour le highline est encore plus flagrant dans le petit monde de la jumpline. Le temps ou les Atomic Butt d’Andy et les Back Flip de Michi se perdaient dans une myriade figures statiques est définitivement révolu. L’an passé, nous étions restés scotchés par le style et les figures de Brenden Gebhart. C’est comme si aujourd’hui cette amplitude et cette aisance a faire du trampoline sur une bande de 4cm de large était devenue la nouvelle norme. Les petits français ont bien appris leur leçon, et si le vainqueur de l’Open Damien Mercier, Mickey Wilson, est américain, il s’est fait malmener par le très jeune Louis Boniface qui à 18 ans fini second du contest et premier du Championnat de France de Jumpline Slack. Aux vues des vidéos qui trainent en ce moment sur internet, la progression du niveau de jumpline est loin de s’arrêter en si bon chemin.




Pour en finir avec les compte-rendus de performances et les états des lieux. Nous avons cette année encore pu constater que l’engouement du grand public va toujours croissant. Quentin n’eut que peu de répit lors des initiations de highline sur le village, des slacklines étaient tendues de toutes parts, et la foule s’est encore un fois massée autour de la compétition. Les deux tribunes supplémentaires ajoutées à celle présente l’an passé furent remplis sans mal et le moindre carré d’herbe fut naturellement assiégé.




On ne peut s’empêcher un dernier petit regard en arrière, quand, de la porte de la caravane Slack on encourageait les copains faisant des Drop-Knee et des Buddha sans songer une seconde à envoyer un backflip dans la foulée. Une centaine de personnes regardait ces originaux évoluer sur une sangle. Un dernier regard en arrière pour se souvenir que ça fait maintenant deux ans que notre ami Damien nous a quitté et que merde, il aurait aimé voir ce qu’on voit aujourd’hui!


Merci à tout ceux qui étaient présents et qui continuent de faire avancer le slackline. A l’année prochaine, à Millau ou ailleurs.


© Photos FAb Wittner

8 juil. 2014

Antoine Mesnage - Team Slack.fr

« Une chose à ne pas faire en slackline? - Un Skywalker en Freesolo ... »






Quand est-ce que tu as commencé le Slackline?

Il y a environ deux ans. J'ai acheté un kit Jumpline, et on s'y est mis tranquillement avec Vince et Bruno, des potes du coin. On a vite pris goût à la sangle, et on s'est mis à la poser à chaque fois qu'on pouvait !

Ton premier souvenir de Slackline?

Ma première traversée de 15 m, ça me paraissait tellement long !


Ton mentor?
Mon "mentor", c'est Nathan (Paulin) ! C'est avec lui que j'ai commencé à Slacker sur long, et c'est lui qui me donnait pleins de petits filons pour progresser, et il le fait encore !

Ou t'entraînes-tu? Y a-t-il un spot que tu aimes en particulier?

Un petit spot pas loin de chez moi, y a la slack, la pétanque, et les potes !
Sinon, c'est à la plage d'Albigny... Rien n'est plus agréable que de slacker en face du lac d'Annecy.




Ce que tu préfères dans le slackline?

Le petit frisson que tu ressens à chaque fois que tu te poses sur une Highline, c'est flippant, et bon en même temps ! J'aime aussi cet esprit de convivialité, d'amitié, que tu retrouves autant lors des sorties slack que lors des compétitions de Jump. L'important, c'est de s'éclater, et ça on le ressent !
Mais aussi le dépassement de soi, l'idée que tout est possible, avec de la détermination et de la concentration. Ensuite, la confrontation au vide. J'aime cet appel du vide, et ce sentiment de domination (ou pas) que tu peux éprouver.

Tes meilleures performances?

70 mètres en Highline
8ème au Championnat Slack.fr de Jumpline 2014, le premier en France.
Je me suis mis il y a peu de temps à la highline en blind (yeux bandés), j'ai pour l'instant passé 25 mètres.
2e du contest de JumpHighline au MHP 2014


Antoine fait la planche lors du Winter Festislack 2014. L : 40m - H : 25m
L'événement que tu recommandes?
Le Slackline Ardèche Meeting!
Je garde de merveilleux souvenirs de ces deux dernières éditions des NG, cet été et cet hiver. L'été, c'est l'ambiance, la fête, et l'hiver c'est plus convivial, on prend plus le temps de discuter avec tout le monde.

Ton astuce Slackline?

La meilleure astuce, c'est de s'arranger pour avoir un truc à faire au moment de désinstaller, et de laisser les potes le faire à ta place! =)


Objectifs de la saison ou objectif tout court?
M'éclater, et organiser plus de sessions de Jump en Highline. Je veux garder la polyvalence que j'ai acquis, en continuant à faire de tout.

Une anecdote?

Avant, je faisais du skate... Au bout de 5 ans, je ne savais faire qu'un Kickflip ! Puis j'ai fait de la slack, en un an j'ai passé 100 m ;-)

Une chose à essayer en slackline?

Mettre une grosse rodéo, s'allonger dessus et faire une sieste !




Une chose à ne pas faire?
Un Skywalker en Freesolo ...

Un mot à propos de Slack.fr?

L'équipe ! Drôles, sympas, avec eux c'est ambiance garantie !

Un produit en particulier à conseiller?

Testée récemment, je vais dire la Club S ! Coriace en longline, dynamique en jumpline, cette sangle est superbe !




Le mot de l'équipe :
Antoine est le plus polyvalent de la Team Slack!
Jumpliner émérite, highliner de talent, il s'amuse à marier les deux disciplines lorsqu'il se retrouve au dessus du vide.
A la cool, pas stressé, il ne se prend pas la tête, il cherche juste à s'amuser et faire le spectacle quand il slack. Ce qu'il fait très bien!
Un jeune avec pas mal de potentiel pour la suite!