17 nov. 2014

Part 4 : En route vers la péninsule Ibérique. Laure et Faleg con "Amarillo"


Le Portugal, l’Algarve.
Part 1 ici
Part 2 ici
Part 3 ici
Part 4 ici

Nous avons quitté la magie du Torcal pour la douceur du sud du Portugal.



Dans cet article, nous allons essayer de résumer au maximum l’intense semaine que nous venons de passer dans cette région magnifique qu’est l’Algarve.




Laure traverse dans une grosse ambiance

Pour commencer, on passera une nuit à Praia da Galé, première plage que des jeunes croisés rapidement nous ont conseillée. En effet, au réveil nous découvrons de quoi faire… Très prisée des surfeurs et des skateurs, ça ride et ça annonce la couleur : ici, la détente est au rendez-vous.

Par ailleurs, l’ambiance change et on commence à ressentir de plus en plus la jonction entre la Méditerranée et l’Atlantique.




Session longue express avant que la marée ne monte

L’après-midi même, nous décollons pour Praia da Marinha, une vaste plage située à côté de Carvoeiro, un charmant village de pêcheur. Nous partons explorer les lieux et la randonnée de fin de journée nous fera fantasmer sur la possibilité d’équiper de sublimes highlines au-dessus de la mer.



Le lendemain on descend sur cette vaste crique avec un kit Reaggae 50 mètres. On y retournera un peu plus tard avec 200 mètres de maverick pour faire un peu de longue. Y’a pire comme spot…








Faleg test le kit Reggae

Pendant ce temps, ça gamberge dans nos têtes, on s’imagine sur cette highline. Alors, le soir, on s’arme du marteau pour aller voir ce que dit la roche. Et on ne fera malheureusement que s’imaginer car le caillou est mauvais. Nous prenons la décision de ne rien équiper ici. Chaque année des falaises s’effondrent. On ne veut pas prendre de risque.






Explication de pourquoi nous n'avons pas tendu de highline à Praia Da Marinha

Frustrés mais enchantés par ces deux jours passés dans ce cadre paradisiaque, on reprend la route et on compte bien la trouver notre ligne au-dessus de l’eau.
Après une escale à Praia da Luz où l’on a fera une belle randonnée de 12 km en longeant des falaises (ne nous permettant pas de trouver notre bonheur), on se retrouve sur la pointe de la péninsule ibérique à Cabo Sao Vicente.

Le cap Saint Vincent, c’est ici, face à l’Océan que toutes les conditions se sont réunis afin que l’on équipe cette ligne tant recherchée!



Ce n’était pas gagné mais au final la voici, « Au fil do mundo », une highline d’environ 55-60 mètres, située sur la pointe sud-ouest de l’Europe. 50 mètres en dessous, les vagues viennent s’écraser contre les falaises avec une puissance époustouflante.




Laure traverse dans cette grosse ambiance

Par ailleurs, nous avons eu la chance inouïe de l’équiper durant un jour doux et ensoleillé. Les pêcheurs nous ont bien fait comprendre que c’était très rare d’avoir une journée si clémente à cette époque-là et surtout orienté vers le Nord.






La pêche à la ligne!

C’est sous le regard de ces compères et avec le soleil couchant que je tente une première traversée. Je me laisse transporter par cette ambiance. Une traversée presque parfaite. Un catch au milieu et ça repart. J’enchaine ensuite les traversées, peut être une façon de remercier mère nature de tous les trésors qu’elle nous met face aux yeux. Faleg se lance sur la ligne pendant qu’au loin, le soleil plonge dans la mer. Un instant furtif et inoubliable.





Premier essai de Faleg accompagné par les derniers rayons du soleil





Le lendemain la météo nous permet de nous amuser sur la ligne le matin. Faleg la traverse, déterminé, se donnant jusqu’au bout.

L’après-midi, alerte orange annoncée, on démonte tout, il est temps de continuer la route.




Et on souffle. Dernière traversée avant le démontage. ça tire sur les bras

On tient à remercier notre copain Thomas Van Eckhaute qui nous a gentiment prêté son perfo pour ce trip!!
Hasta pronto !

Aucun commentaire: