22 avr. 2014

Nathan Paulin, Team Slack.fr



" C'est fou tout ce qu'on peut faire avec un sangle! "





Nom : Nathan Paulin

Age : 20 ans

Ville : Le Reposoir (Annecy)

Spécialité : Highline / Longline

  
J’ai marché sur une sangle pour la première fois au printemps 2011. A première vue ça à l’air sympa mais sans plus. Et puis un jour d’ennui je décide réessayer avec un cliquet du garage derrière la maison. Tien, c’est pas mal en fait ! Le lendemain je recommence, les jours d’après aussi… Finalement je passe tout l’été dessus. Entre temps j’achète ma première slack (Jumpline - 3 cm), me voilà passionné…
 
Ton premier souvenir de Slackline?
Les jours d’été en 2011 ou le plaisir a commencé à pointer le bout de son nez avec les premières traversées. Le doigt était pris dans l’engrenage. 




Ton mentor?
Il y en a eu plusieurs mais celui que je retiens c’est Etienne Guigner, un marcheur sur sangle hors pair au calme et à la gentillesse incomparable.
Grâce à lui j’ai découvert la famille « slackline », j’ai traversé mes premières highlines et longue lignes. 

Et Julien Millot rencontré à l’automne 2011 grâce au slacktour organisé par Slack©. Un type, que tu connais déjà grâce aux premières vidéos de highline (que tu as regardé dix fois) débarque avec un grand sourire et un camion plein de matos. Merci !

Ou t'entraînes-tu? Y a-t-il un spot que tu aimes en particulier?
A la maison, au calme. En traversant chez plusieurs voisins j’ai 130 mètres pour occuper les weekends sans rendez-vous (la vidéo ici) et passer des heures en lévitation à quelques mètres du pallier de la porte. Une rodeoline permanente est là pour varier un peu les plaisirs.
Si vous passez dans le coin et que la neige, le fumier ou les hautes herbes ne font pas peur à vos pieds alors n’hésitez pas, on s’y éclate à toutes les saisons !

Sinon ce sont les gorges duVerdon, un endroit aux couleurs magnifiques ou les amis sont toujours au rendez-vous. A Sordidon c’est chacun son combat entre le vide et les vautours. Un spot qui vous met hors du temps et qui offre des possibilités infinies.


Ce que tu préfères dans le slackline?
Tout d’abord les « slackers », c’est assez impressionnant le nombre de « gens biens » que cette passion a pu me faire rencontrer. Mais aussi la diversité des spots : en montagne, au-dessus de l’eau, d’un champ, de la neige. Il n’y a pas un seul endroit où l’on ne puisse pas s’amuser. Même dans la ville ! Et puis le fait de ne jamais être lassé, de savoir qu’il a toujours quelque chose à pousser. 
 

Tes meilleurs performances?
-601m en longline sur MoonWalk du côté de Lyon en Novembre 2014 (ancien record du monde)
-403m en highline à l'Île de la Réunion puis 469m sur MoonWalk lors des Natural Games 2015 (record du monde co-détenu avec Théo Sanson, FRA et Danny Mensik, CZK)
Plusieurs highlines « mythiques » traversée les yeux bandés. Par exemple « l’Inespéré » (40 mètres) dans les gorges de la Jonte ou la 35 mètres du Verdon.



L'événement que tu recommandes?







L’UrbanHighline Festival de Lublin en Pologne, le premier festival international de highline auquel j’ai pu participer. Le meilleur que je connaisse, on est tous là pour la même chose autour de la même passion. Un super esprit et une organisation excellente. Vivement le prochain ! 

Les NaturalGames à Millau, c’est sur ce festival que chaque début d’été je retrouve la famille slackline. L’évènement ou tu peux doubler ton niveau en une semaine tout en passant des journées inoubliables dans un endroit plein de vie. On se voit là bas !  

Qu'est ce qui t'attires dans le Slackline?
Ce qui me rend accro en particulier aux grandes highlines et longlines c’est l’intensité de concentration qu’elles demandent. C’est aussi les possibilités de découverte d’endroits magnifiques avec toujours le même objectif et depuis un point de vue différent.


Ton astuce Slackline?
Pour appréhender les repères visuels d’une highline ou waterline qui risque d’être difficile, je passe quelques minutes dessus en « Bouda » avant le premier départ.



Objectifs de la saison ou objectif tout court?
Continuer à pousser les limites pour arriver aux miennes et partager, rencontrer les « nouveaux funambules » d’ici et d’ailleurs.


Une anecdote?
Je me demande comment je m’occupais avant de connaitre la slack ?



Une chose à essayer en slackline?
Ce qui vous passe par la tête, c’est fou tout ce qu’on peut faire avec une sangle !

Une chose à ne pas faire?
La tendre avec un tracteur…

Un mot à propos de Slack.fr?
Un super esprit et des idées folles sans jamais se prendre au sérieux, la boite rêvée... 
Avec une grosse pensée pour Damien.


Un produit en particulier à conseiller?

1) Lamoonwalk, une sangle facile et qui sent bon !
Elle m’a permis de traverser des highlines de plus 100 mètres sans trop de soucis. Un réel plaisir à chaque utilisation.
2) Lesquadruples poulies (Armstrong 2), étant souvent seul quand je m’entraine, elles deviennent mes meilleures amies pour tendre fort ! 
 




Le mot de l'équipe :

De moins en moins discret, vous l'avez certainement vu récemment à la télé ou en double page dans plusieurs magazine (L'équipe Mag, vsd, etc). Nathan fait parti aujourd'hui des athlètes à suivre!
Il est le co-détenteur du record du monde de Highline de 469m, établi à Millau lors des Natural Games 2015. Le kilomètre, aussi bien au sol qu'en l'air, n'a plus beaucoup de beaux jours devant lui...
Un grand gabarit costaud atypique de celui d'un Slacker, Nathan possède un style très propre et n'hésite pas à se jouer des sangles en marchant pendant un surf sur plus de 100m. Toujours souriant et motivé à slacker, nous apprécions beaucoup son esprit et son humilité. 


Aucun commentaire: