13 mars 2014

Laure Millot, TeamSlack



"Même si nous n'étions pas bien nombreux à savoir vraiment marcher sur ce fil, nous avons été plusieurs à essayer sans trop se poser de question."





Age : 28 ans

Ville : Montpellier


Quand est-ce que tu as commencé le Slackline? 
 La première fois que je suis montée sur une slack c'était en août 2008 dans les gorges du Verdon. Puis j'ai vraiment commencé à pratiquer ce sport en juin 2010. C'est lors des Natural Games de 2010 que j'ai acheté ma première slack: une jumpline orange de 20 mètres que j'ai utilisé en long en large et en travers. J'ai commencé à faire de la highline plus régulièrement en janvier 2012 lorsque je suis rentrée en France après avoir vécu un moment au Mexique.

Ton premier souvenir de Slackline?

Un weekend dans les gorges du Verdon. Je rejoignais mon grand frère pour grimper un peu avant de partir en Erasmus à Barcelone. Des amis Allemands de Jelena avaient apporté une fameuse "slackline" au camping de la Palud sur Verdon... C'est alors que j'ai pu goûter aux premières sensations de ce sport. Cinq minutes entre deux arbres puis direction un belvédère sur la route des crêtes. Ils (la fine équipe de Jelena et ses amis, Ju, Freddy drum'n gong et un Tancrède seul, cherchant des compagnons de jeux) avaient déjà envie de tendre cette sangle un peu plus en hauteur. Même si nous n'étions pas bien nombreux à savoir vraiment marcher sur ce fil, nous avons été plusieurs à essayer sans trop se poser de question. Puis s'en est suivi un enchaînement de chutes et d'émotions fortes. Ce fut ma première expérience de slack/highline et celle de la plupart des membres de ce groupe il me semble. :)
 




Ton mentor?
 Désolée, j'en ai deux! Mes mentors sont Julien Millot et Jelena Schradi

Lorsque j'ai voulu me mettre plus sérieusement à la slackline c'était dans le but de faire de la highline. C'est grâce aux précieux conseils de Jelena que je suis parvenue à me lever puis faire quelques pas. Sur les premières highlines que j'ai essayé, Julien n'a pas hésité à me dire de faire des poses ou d’arrêter ces multiples essais qui se terminaient bien souvent par de violents "leash fall" et des hématomes énormes.
Ils m'ont tous les deux bien démontré qu'il fallait faire les choses dans l'ordre et que rien n'arrivait par miracle. Il faut s'entraîner un minimum et être sûre de soi au sol avant de s'attaquer à d'autres dimensions.



Ou t'entraînes-tu? Y a-t-il un spot que tu aimes en particulier?
En ce qui concerne la slackline au sol, j'aime tendre des longlines et des "rodéolines" au parc de Lattes, un parc agréable pas très loin de chez moi. Niveau waterline, j'aime slacker au bord de la méditerranée ou dans les gorges de l’Hérault. Pour la Highline, on peut dire que mes spots d'entraînement se trouvent principalement dans l'arrière pays Montpellierain (Claret, Le Thaurac, Corconne), mais j'aime découvrir d'autres ambiances.

Question difficile. Les spots qui m'ont le plus impressionné sont les gorges du Verdon et la Jonte mais également des spots découverts pendant l'expédition au Mexiqueavec l'équipe de "Paso a Paso" comme les magnifiques Cenotes(Trou d'eau douce), la grande face de Potrero Chico (Monterrey) ou encore les hauteurs de Mineral del Chico.
En choisir un...Bon, je me lance: Le Verdon!

video


Ce que tu préfères dans le slackline?
J'aime la mentalité de ce sport. On s'entraide, on se conseille. J'estime avoir de la chance d'être encore au début de cette discipline. L'esprit de compétition n'est pas encore très présent en slackline. En revanche il y a beaucoup de respect et d'échange.
Évidemment la raison pour laquelle j'ai persévéré c'est aussi parce que j'aime les sensations que me procure ce sport.



Tes meilleurs performances?

En 2014,
  • 80 mètres de waterline à Indiana River cet été, St Laurent d'Aigouse.
  • 140 mètres de longline et 100 mètres de killbill depuis avant hier à lattes ;)! (c'était mon objectif 2014)!
  • 55 mètres en highline (j'ai peut être passé 60 à Torcal de Antequera et à Cabo sao Vicente pendant ce trip mais on ne pouvait pas mesurer exactement donc j'en sais rien. )
En 2017,

  • 140 mètres de waterline sur le fleuve Hérault, St Guilhem le désert.
  • 140 mètres de longline et 100 mètres de killbill  à lattes 
  • 70 mètres en highline dans l'arrière pays Montpelliérain 
    Objectif: 100 mètres Higline et encore plus de waterline! 

L'événement que tu recommandes?
-Le Festislack qui a lieu à la base de loisir d'Indiana River à Saint Laurent d'Aigouze organisé par tous les amis Montpellierains. Évènement qui a lieu depuis quelques années en été. Il y a de l'occupation pour tous! Des midlines dans les arbres pour se chauffer, des waterlines pour se rafraichir, des slacks diverses et variées au sol... Le tout dans une ambiance très conviviale !

-Le Winter Festislack organisé par l'association Slackicîme aux Arcs. Ce n'est pas tout les jours qu'on peut slacker avec une vue imprenable sur le Mont Blanc... Cet évènement vaut le détour. Du ski de la slack, de la slack du ski... Weekend sportif ! Ambiance énorme! Organisateurs au top ! A ne pas manquer.

Les incontournables Naturals Games.  Incroyable rassemblement de sports extrêmes. Évènement devenus le rendez-vous des slackeurs! Année après année, la slackline y prend de plus en plus d'ampleur. On peut échanger avec des athlètes venus des quatre coins du monde. Les lignes à la Jonte sont belles et vertigineuses et on croise toujours des bons copains venus se promener dans le slack village.


Qu'est ce qui t'attires dans le Slackline?
Cette discipline fait travailler l'attention, la concentration et l'équilibre. Elle m'aide à me recentrer dans mon quotidien. En slackline il est presque tout le temps question de dépassement de soi.
J'essaye de ne jamais ressentir de frustration en slack, de toujours tirer le côté positif des choses qui se passent pendant mes sessions. Je suis contente quand je traverse d'un bout à l'autre une ligne c'est certain, mais ce que je recherche avant tout c'est de profiter pleinement du moment que je passe sur la slack, que je la traverse ou non. En résumé ce qui m'attire dans la slackline est le fait de pouvoir être et d'agir dans le moment présent avec plénitude! Il est beaucoup plus simple de tomber quand on est sur un fil alors pour y rester cela nécessite de trouver une certaine sérénité et se dépasser.


Ton astuce Slackline?
Les encouragements des copains ^^Cela m'a aidé plus d'une fois à ne pas tomber en Highline. Je marche beaucoup à l'encouragement.

Objectifs de la saison ou objectif tout court?
Alors ^^ Mes objectifs pour cette saison 2014 sont: Traverser 100 mètres de Kill bill même si je suis dépitée à la fin, 60 mètres de Highline et me mettre un peu à la Jumpline.

Une anecdote?
La slackline c'est aussi des rencontres exceptionnelles. Et, ma première grande rencontre slack, c'est ChloéRoux-Mollard lors des Natural Games 2010. Cet évènement est ensuite devenu notre rendez-vous annuel. Depuis 2010 on se suit et une belle amitié est née...... elle nous a emmené jusqu'au Mexique grâce au projet de "Paso a paso Highlin'in Mexico". :)


Une chose à essayer en slackline?
Juste essayer ^^ attention on y prend vite goût.

Une chose à ne pas faire?
s'énerver!!! enfin chez moi ça ne marche pas.

Un mot à propos de Slack.fr?
J'adore l'esprit, cf : votre carte/vidéo de vœux 2014 ;-)

Un produit en particulier à conseiller?

Avant j'aurai dis la Reggae... Maintenant je crois bien que la Kill Bill l'a remporté. C'est une sangle qui me donne du "fil à retordre"! Elle est très agréable sous le pied et idéale pour s'entraîner.





Le mot de l'équipe :

Dans un monde majoritairement masculin, Laure joue avec les meilleurs Français en y ajoutant sa touche féminine! Toujours partante pour une highline, surtout si c'est à l'étranger, elle voyage beaucoup une sangle sous le bras avec toute son équipe (cf. PASO A PASO).
Petite soeur de Julien Millot, tous deux très abordables et toujours prêt à conseiller les novices ainsi qu'à donner un coup de main pour ouvrir une nouvelle ligne.

Aucun commentaire: