22 mai 2012

Slackline à l'Atomium: le récit d'un Boson

Le boson de l’atome.

Imaginez vous un instant que votre métier vous emmène en des lieux remarquables, voilà l’expérience qui m’a été proposée, grimper dans et sur l’Atomium de Bruxelles pour un weekend avec les meilleurs Slackers français et belges. Pour ne pas vous mentir, les premières minutes sont très déstabilisantes, dans cette structure, aux allures de films de sciences fiction, les repères sont chamboulés ; rien n’est droit. Le déséquilibre devient une norme aussi bien à l’intérieur (pour l’accès aux “boules techniques”) que sur ces ballons zingués.


Antoine Moineville - sur l'Atomium de Bruxelles

Pour info, l'Atomium est une structure datant de 1958 créée à l'occasion de l'exposition universelle de Bruxelles. Il culmine à 102 m et pèse 2 400 tonnes. Pour les boules, chacune a un diamètre de 18 mètres et pèse 250 tonnes. Au regard de la structure la highline monté devient une traversée de 70m de long à près de 70m de haut, avec des vents changeants en permanences  car ces sphères sont des zones de turbulences.


Je n'ai pas participé à l’événement des Tours Mercuriales, mais ce coup-ci je ne l'ai pas loupé.

Première impression : Vache ! C’est haut mine de rien ! 

Voilà, pour les plus novices cela se résume à cela...puisqu'on en oublie le confort du restaurant et du panorama qu’offre la boule sommitale pour garder juste l'essentiel: l'impressionnante sensation de peur et de joie qui nous submerge au sommet d’une boule inaccessible au public. Les limites physique de notre boson de l’atome (alias Nicolas Walzer - graphiste en son titre) on fait marrer quelques uns de nos amis Highliners, car la grimpette pour arriver au sommet des deux boules était loin d'être insurmontable:-)

Trancrède Melet - "roi de l'atome"

Après une demi journée d'installation et une bonne nuit de sommeil, les Skyliners ouvrent le bal, Tancrède Melet nous fait une démonstration de Highline en “flashant” (traversée sans tomber d’une traite) l’aller-retour dès le premier essai. Après cela, c’est le défilé des extrémistes de la slackline qui essayent au bonheur ultime de slacker l’Atomium, Sebastien, Antoine, Robin, Théo, Sean, Florian, Benoît, Martin, Alexis. De grands malades aux nerfs d’aciers qui jouent avec l’adrénaline et la hauteur dans ce cadre exceptionnel.

Le boson de l’atome ne sors en général que très très peu de son bureau, de peur de prendre des couleurs et du muscle. Cet atrophié s’est vue jeter dans le grand bain avec et par les meilleurs, pour le plaisir des images. Un weekend de rêve, une météo belge plus que clémente et des sensations inoubliables.

L'équipe de Highliners (franco-belge)


Nous n’oublierons pas de remercier le directeur ainsi que le personnel de l’Atomium qui nous ont permis de réaliser ce projet, pour leur soutien et leur coopération.


 
N.W

Aucun commentaire: