19 janv. 2012

Réflexions sur des installations

A l'heure où nous venons de lancer notre version 2 en ligne du guide du highline, je me permets de revenir à la charge sur la sécurité en highline. La pratique se banalise, mais il faut faire attention que vos installations ne descendent pas sous un niveau acceptable de sécurité. Niveau fort subjectif certes, mais voici quelques photos que j'ai pu prendre lors d'un fameux weekend highline grâce auxquelles vous allez peut-être pouvoir comprendre quelques choses à faire ou plutôt à ne pas faire. C'est parti en avant les images.

Remarques sur l'équipement :
Voici des considérations qu'il faut prendre en compte lorsque vous équipez une highline.
Les manilles dépassent largement de la plateforme, aucun risque de cisaillement de la slack ou du backup. OK
Le banana (caché par la protection) et le backup peuvent arriver en contact avec l'angle du rocher (sur un saut ou une rupture de la slack). Il est indispensable de protéger comme on le voit ici le point potentiel de cisaillement, ou mieux de placer les spits pour que cette situation n'arrive pas.
Faire dépasser le point d'égalisation des sangles pour que le backup et la sangle soit loin de toute arête rocheuse (première photo) est important. Sur la seconde photo, vous voyez que la sangle et le backup risquent de cisailler sur le coin de la pierre. Imaginez un leashfall proche de l'ancrage, la slack cisaille sur le bord, elle cède, le backup prend le relais, se tend et cisaille aussi sur le bord, il cède aussi. Fin du bal.

Solutions : mieux équiper les points en prévoyant pour une élingue type 2m ou 3m qu'elle sorte correctement ou rallonger les élingues pour qu'elles sortent.
Vous n'êtes pas sûrs du point de gauche parce que la pierre vibre un peu lorsque vous tapez dessus...
... Vous aviez raison d'avoir des doutes, mais il aurait fallu s'écouter et procéder à un changement avant la catastrophe...
Equiper une ligne, ce n'est pas percer n'importe quoi, n'importe où. Pensez que d'autres pourrons utiliser vos points plus tard, et même si vous n'êtes pas responsables pénalement d'un accident à cause d'un équipement aléatoire, ce n'est pas plaisant de savoir que c'est à cause de vos ancrages.

Solutions : Placer les points autrement, mettre plus de points et de backups, demander conseil si vous avez des doutes, voire se refuser à tendre la highline.
Et si je mettais mon spit bien au bord de la falaise...

Un point d'ancrage possède ce qu'on appelle un cône d'arrachement. Pour un spit de 70mm de long, on admet qu'on a un cône de 30cms de diamètre qui "diffuse" la force que vous allez mettre sur le spit. Si votre point est trop près de la falaise, ou d'une fissure, ou même d'un autre point le cône d'arrachement s'en trouve réduit d'autant et les risques d'arrachement augmentent.

Solutions : Gratter la terre à côté pour s'éloigner de la falaise et retrouver le caillou à bonne distance, demander conseil si vous avez des doutes, voire se refuser à tendre la highline.

Remarques sur l'éloignement des backups :
Un backup indépendant c'est bien. Un backup indépendant 10m dérrière la highline c'est finalement un peu risqué (mise en tension longue, cisaillements le long du chemin).
Une slackline avant la slackline ? Non un backup un peu loin...
Dans ce cas, il est préférable de reprendre les ancrages de force pour faire le backup, puis de relier le tout à votre backup éloigné. De plus cela vous évitera de rediriger le backup de façon plus ou moins folklorique.
Renvoi aléatoire dans un point d'ancrage, pas de protections sur les angles de la pierre. Là franchement on peut faire mieux.
Une fois encore la question est simple : qu'arrive-t-il si la slackline cède ? Le backup prend le relais se met en tension, avec les 10m de distance, il s'allonge de 50cm à 1m, se cisaille sur le rocher, et cède aussi. Fin du bal. Et si le delta est mal vissé et décide de céder ? Difficile de savoir le comportement.

Solutions : Faire une égalisation sur les points de force, et reprendre le tout sur votre backup en arrière. Protéger le backup contre le rocher, et contre les autres objets coupants et contondants....

Remarques sur les égalisations :
Une égalisation est efficace si l'angle d'ouverture maximum ne dépasse pas 60° (60% de la force totale par branche). Ensuite les bénéfices de l'égalisation se perdent...
On approche de 90° d'angle... Donc 70% de la force de la slackline arrive sur le brin de gauche (qui se trouve sur un spit trop près de la falaise) Attention à l'arrachement.
Attention aux égalisations, les angles faibles sont nos amis.

Solutions : Rallonger les élingues pour éloigner le point d'accroche de la slackline. La triangulation vous en remerciera.

Remarques sur l'utilisation des connecteurs :
Certains connecteurs ont leur place à certains endroits précis, d'autres moins.
Vous pouvez mettre une manille sur un spit, mais ce n'est pas vraiment satisfaisant de la voir travailler de biais.
Et si on utilise un maillon delta, autant le mettre dans son sens optimal, non ?
Utilisés correctement ils sont indestructibles. A l'inverse ils peuvent vraiment vous sauter à la figure.

Solutions : Vérifier votre installation avant toute mise en tension forte.

Remarques sur les protections :
Protégez les brins de vos backups qui sont en tension sur du rocher. Le cisaillement est un ennemi qui agit de manière insidieuse tout au long de la journée, grâce aux oscillations de la slackline. Il ne se voit que si vous le regardez de près ou bien plus souvent lorsque c'est trop tard.
Le backup (à droite) traversant tranquillement sur des arêtes saillantes...

Le backup (milieu) coincé entre le rocher et la sangle d'égalisation de la force...
Solutions : Protégez vos backups, regardez souvent les points critiques de vos installations pour anticiper une éventuelle rupture.

Conclusions :
Ce weekend fût extrêmement agréable, tout le monde s'est bien amusé (moi le premier), et il n'est évidemment rien arrivé de grave. Mais on peut voir que quelques points auraient pu encore être mieux fait, améliorant notre sécurité. N'oubliez pas (et encore plus lors de rassemblements) que vous faites une installation pour vous et pour toutes les personnes qui vont aller sur votre ligne (qui va s'en prendre plein la tronche pendant plusieurs jours).
J'ai allumé quelques copains qui se reconnaitront sur ce billet, si je peux m'allumer moi même voici un dernier conseil, que j'aurai dû m'appliquer : N'hésitez pas à refaire une installation si elle ne vous plait pas.

Portez vous bien, 
Julien

4 commentaires:

GaeL a dit…

Quid des gouchons/plaquettes ou broches pleine falaise qui travaillerai totalement à l'arrachement (hormis le petit angle < 60 °)

Julien MILLOT a dit…

L'arrachement sur une plaquette ou un goujon fonctionne aussi. Les normes sont moins sévères qu'en cisaillement mais nous donnent le plus souvent une marge suffisante. Certaines lignes comme l'Inespérée à Millau sont totalement montées à l'arrachement (5points d'un côté, 6 de l'autre)
Voici une page interessante ()
bon sur du granit parce qu'a chamonix ils n'ont que ca... :)
http://www.ensa-chamonix.net/index.php?option=com_content&view=article&id=219&Itemid=537

lionel a dit…

pour avoir équipé des SAE, des immeubles, et des falaises pendant quelques années, je peux vous dire que les normes sont trés dures ( trop parfois ), surtout en ce qui concerne les ancrages. Et j'ai eu quelques occasions de vérifier qu'il valait mieux se donner encore plus de marge de sécurité. Quand à l'usure, elle est bien plus vicieuse.... une sangles s'use seul ( poussiére !!! )et une backup aussi. Prendre note que les fabriquants se donnent des marges, mais que nous ne savons pas lesquelles. Vitesse et précipitation sont pourtant bien les contraires de notre pratique !!!! merci Julien pour ce petit mémo. Lionel

Théo a dit…

Très bon article, merci Julien.