1 janv. 2012

Noeuds, Linelocks, Bananas


La sangle qui va constituer la highline est l’élément qui va être soumis aux contraintes les plus fortes. Elle doit être tendue pour permettre de marcher dessus, et subira les chutes. Il est donc impératif de pouvoir en tirer le maximum, en terme de résistance.


Voici une liste des différentes méthodes utilisées pour relier votre highline à vos ancrages :
  • Le “fat knot” ou gros noeud 
  • Les Linelocks ou équivalents 
  • Les Bananas ou équivalents 
  • Les nouveaux connecteurs 

Le “fat knot” ou gros nœud :
Méthode utilisée au début de la slackline et de la highline, il consiste à ne pas utiliser de connecteurs en acier pour fixer la highline aux ancrages. La sangle est protégée par 2 autres morceaux de sangles dans un noeud plat directement tressé dans les élingues.
Cette méthode est montrée à titre d’information et n’est plus utilisée actuellement compte tenu des évolutions du matériel.




Avantages :
Accroche utile à connaître en cas d’oubli de matériel
Ne nécessite pas de connecteurs en acier.
En cas de rupture de la sangle, pas de projection de matériel en acier.

Inconvénients :
Diminue la force de la sangle de 50% au niveau du nœud
Est difficile à défaire sous de fortes tensions
Difficile de mettre la slackline à plat


Les Linelocks ou équivalents :


Les Linelocks sont des pièces en forme de maillon de chaine qui permettent de s’affranchir d’un noeud pour bloquer la sangle à travers un mousqueton. Ils permettent aussi de constituer les mouflages Primitiv’.

Pour les sangles plus larges (supérieures à 25mm), il est possible de réaliser le linelock avec des anneaux aciers, et de protéger la sangle en la glissant dans une tubulaire de diamètre supérieur.

Il est aussi possible d’utiliser des 8 d’assurage d’escalade de forme carré pour réaliser un simili – linelock. Cette méthode est peu répandue en highline, et peu pratique car elle nécessite une grande quantité de sangle, et un endroit simple d’accès pour réaliser le montage sans erreur.




Avantages :
Léger et compact
Economique
Permet de réaliser un mouflage primitiv’

Inconvénients :
Diminue la force de la sangle de 40% au niveau du Linelock
Risque de rupture des sangles plates légères par abrasion/cisaillement (peu de fibres)
A n’utiliser que pour des highlines inférieures à 20m de long


Les Bananas ou équivalents :
Un banana est un système composé de 2 axes larges et décalés qui permettent une utilisation optimale de la résistance des sangles actuelles. Suivant les modèles, le principe de base reste le même, seules les résistances des matériaux utilisés et la taille des axes changent les caractéristiques d’un banana. Un autre avantage notoire d’un banana est la possibilité de régler la longueur de la slackline au repos en avalant la sangle. Cet avantage se perd néanmoins avec l’utilisation des nouvelles sangles en dyneema, qui demande un montage avec plus de friction, qui n’est plus réglable. On se retrouve donc dans la même configuration qu’un linelock, avec une grande résistance cependant.

Avantages :
Diminue la force de la sangle 5% ou moins
Permet d’avaler le mou en trop, et fonctionne parfaitement avec un LineGrip
Impossibilité de perdre du matériel lors de manipulation avec les dernières versions de bananas

Inconvénients :
Certaines versions sont lourdes, et fastidieuses à installer
Le prix
Constitue une pièces en métal potentiellement dangereuse si projetée lors de la rupture d’un ancrage





Les nouveaux connecteurs :
La technique évolue, et certains fabricants continuent de chercher comment se rapprocher de l’utilisation maximum de la résistance d’une sangle. Les nouveaux connecteurs comme le Monsterlock sont l’avenir des longues lignes.


Conclusion :
Si l’utilisation de linelock a fait ses preuves dans la communauté, un investissement dans 2 bananas est une base incontournable pour réaliser des highlines (et longlines) en toute sécurité, et profiter de tous les avantages des sangles.

Aucun commentaire: