4 mai 2011

Highline à Freyr

Malgré l'actualité parfois un peu lourde, la vie continue.

Un texte de Benoit Poisson, avec une bien belle vidéo, merci à lui



Highline à Freyr
Samedi 9 avril, 16h : départ avec Bob pour Freyr (certains le connaissent sous le nom de Vincent Verdoot, mais ceci est une légende !).
Dans nos petites tête un seul objectif : réussir à installer la highline ! Hé oui, c’est la troisième fois que nous tentons l’installation et les deux fois précédentes furent des échecs, et se sont terminées à faire de la slack dans le camping de Freyr. Ce sont les arbres qui nous ennuient : ils coincent facilement les cordes que l’ont envoie au sol pour tenter de relier les deux massifs. C’est Sean qui nous avait donné cette technique, mais il faut croire qu’il est plus adroit que nous ! Depuis, nous avons réfléchit à quelques techniques pouvant augmenter nos chances de réussite : arbalète/arc à flèche, hélicoptère télécommandé, lance-pierre,… Cependant elles présentent souvent soit un risque pour les grimpeurs sur les massifs soit un coût relativement élevé.
Arrivés à Freyr, nous faisons un petit combiné des vahinés pour se mettre en jambe et prendre la mesure au télémètre de la longueur de la highline : 30m. Une belle distance, un poil plus long que la highline que nous avons déjà installé quelques fois aux Grands-Malades (http://vimeo.com/9273696?ab). Cependant celle-ci est beaucoup plus belle et impressionnante avec la vue sur la vallée de la Meuse et sur les autres massifs de Freyr. Après une petite choppe et quelques crackers sur la crête de la Jeunesse, nous retournons au camping poser la tente et s’entrainer à notre nouvelle technique pour relier les deux rochers. Cette technique est très simple, il suffit d’avoir trois choses : une balle de tennis (genre Jokary c’est plus facile, il y a un point d’attache sur la balle), du fil et une raquette de tennis. Les campeurs du jour ont pu donc voir des services de tennis sur le camping avec un fil jaune accroché à la balle. Une fois de plus on nous a pris pour des extra-terrestres ! On arrive facilement à lancer à 25m. On sait que pour le lendemain il faudra taper assez fort. Ca, c’est fait. Maintenant la tente : aie pas de sardines… Nous sommes donc bien obligés de descendre quelques bières pour pouvoir nous faire quelques sardines de fortune. Ensuite, Florian nous rejoint en cours de soirée. On passe une soirée tranquille à Freyr, on est quand même bien sur ce plateau.
Le lendemain, les choses sérieuses commencent ! Olivier Van Den Broeck nous a rejoint pour grimper avec Flo et pour nous voir réussir ou galérer dans cette installation. Bob va sur le sommet du deuxième gendarme du Louis-Philippe pendant que j’installe la main courante sur la crête de la Jeunesse. Bien que nous sommes rodés pour poser les ancrages, nous avons décidé de d’abord tenter de rejoindre les deux massifs avant d’installer quoi que ce soit. Bob prépare la ficelle, et nous fait ensuite un superbe service et directement après la balle rebondit sur la face de la Jeunesse, à quelques mètres de moi. Presque trop facile ! Nous installons alors la highline. Une fois que tout est prêt, on monte dessus. Mais elle a décidé qu’elle n’allait pas se faire avoir comme ça. Bob et moi faisons quelques essais peu concluants. Pendant que l’on se repose un coup, on voit Sean arriver. Il grimpe une voie et nous rejoins pour la tenter. Il l’avait déjà faite mais s’était dit : « Plus jamais ! ». Pourtant il l’essaie et montre bien de quoi il est fait. Les 30m de long passent deux fois sous les pieds du monstre. Ca donne vraiment envie de réessayer. Après lui je réessaie, j’ai du mal à m’équilibrer au début, j’ai les jambes qui tremblent. Je me force à tenter quelques pas. Ca va de mieux en mieux, je crois que c’est la bonne cette fois. YES ! Réussi une traversée. C’est toujours aussi bon ! Je tente le retour, bang direct une gamelle. Je réessaie et le retour passe, un peu plus difficilement, je sens la fatigue monter.
Alors que Bob et moi étions prêts à  démonter, Sean, Flo et d’autres personnes sont chaudes pour monter dessus. Sean la randonne, on dirait qu’il est scotché  à la slack. Flo fait quelques essais et arrive à marcher un ou deux pas, pas mal car aux dernières highline il préférait faire des bonhommes de neige que de monter sur la highline ;-). Deux lillois étaient venu avec Sean, ils essaient tout les deux mais c’est long pour une première highline !
Là dessus j’essaie une ou deux figures afin de ne pas regretter d’avoir démonté trop vite. Après avoir tout rangé on se retrouve au Cham où l’on croise les grimpeurs du jour autour d’une bière et d’une frite qu’il faut maintenant aller chercher au Colébi… Superbe journée, ça donne vraiment envie d’en refaire plus souvent. Quelqu’un veut être tenu au courant pour les prochaines fois que l’on y va ?

Aucun commentaire: