22 sept. 2008

Highline - Hole de Mercier (partie 2 sur 4)


Mr Hygge tire à vue!

On s’était quitté dans l’excitation et l’impatience de la première traversée du Hole de Mercier. Entre-temps, il aura fallu redescendre dans la vallée, se décrasser, se restaurer, puis nous préparer à la rude journée qui nous attendait le lendemain. Au couché, Mr Hygge annonce prophétiquement qu’aujourd’hui n’était qu’une simple mise en jambe ; demain commencerait la véritable épreuve de force. Taraudé par le doute, j’eu beaucoup de mal à imaginer mon corps me faire souffrir encore plus qu’en ce moment. Alors envisager que demain devienne plus extrême qu’aujourd’hui : hors de question !

Reste que me suis bien fourré le doigt dans l’œil… et jusqu’au coude. Alors qu’hier je m’étais colletiné toute la quincaillerie de Michi, une sorte de bizutage pour les novices en highline ; aujourd’hui j’ai droit à celle de Jon, puisqu’il faut encore équiper « sa » highline. Si l’équipement de Michi était lourd, mais raisonnable, avec Jon on touche au sublime. Des manilles énormes, une élingue d’une résistance en rupture de 5 tonnes - ce chiffre peut vous sembler creux, mais l’engin n’a rien d’une vulgaire sangle et sort tout droit de la boutique d’un spécialiste en matériel industriel. Inutile d’aller faire un tour chez le « Vieux » pour vous faire une idée sur l’objet. Je passe sous silence les innombrables mousquetons et sangles. Si j’ajoute à toute cette marchandise un fut de bière de 5 litres, vous comprendrez que cette seconde montée a été très chère. Reste qu’une première highline, ça se mérite, aussi ai-je porté ma charge sans rechigner.


La première Highline de Cyril. Bel effort récompensé.

Au sommet du plateau, nous n’avons aucun mal à retrouver le trou équipé la veille, même la petite promenade dans les lapiaz devient une simple formalité. Nous sommes à présent parfaitement aguerris aux subtilités de la balade dans cet environnement karstique. La première et plus urgente des missions est de placer la bière au frais. Il ne nous faut pas longtemps pour décider, d’un commun accord, que le petit névé au fond de l’aven fera parfaitement l’affaire. L’opération réfrigération terminée, c’est Mr Hygge qui le premier s’engage dans la traversée de ce qui est - tout compte fait - « son » trou ! Il clippe consciencieusement son leash, s’assied sur la sangle, s’avance un peu pour apprivoiser le vide, vérifie encore une fois que son leash est bien placé, se concentre quelques instants et se lève. Le cliquetis des deux mousquetons du leash signale que les choses sérieuses commencent. Le voilà debout en pleine recherche d’équilibre, Jon lui parle doucement, le rassure. Sa voix semble réciter un mantra qui insuffle le calme et la sérénité. Mr Hygge entame son premier pas, enchaîne un second. Il semble avoir trouvé son rythme et marche à présent sans le moindre effort. Lorsqu’il atteint l’autre berge, toute la pression emmagasinée avant et pendant la traversée se relâche. Il exulte, crie son bonheur et entame quelques mouvements de danse pour extérioriser sa joie. Nous partageons son explosion en faisant chorus à ses cris de joie. Comme cette traversée s’est déroulée sans le moindre problème, il décide de réitérer sa marche, cette fois en sens inverse. Après avoir réitéré son cérémonial de départ, il repart. Les mots de Jon continuent à accompagner sa traversée. Ils exercent un réelle emprise sur lui. Soudain, Jon lui intime « Drop knee now », voilà Mr Hygge qui s’exécute sans la moindre contestation. C’est impressionnant à observer. Il réussit une fois de plus sa traversée et nous nous joignons encore une fois à son allégresse.


Michi à l'aise improvise un "James Brown"


La première highline de Tony. Easy.

Toutes ces émotions n’ont pas pour autant fait perdre à notre boss le sens des priorités.


Tony va toucher le fond pour un ultime test!


A peine les deux pieds posés sur la terre ferme, le voilà qui réparti déjà les prochaines tâches. Pendant qu’il va effectuer avec Michi toute une série de tests au dynamomètre, il demande à Jon de partir en éclaireur équiper le Ritson Gap avec mon aide. La journée risque d’être encore longue…



Michi test et c'est sa joie!



Michi test encore et encore...

Rédacteur - Grand merci à toi - : Tony dit le Clavier

6 commentaires:

Benoit a dit…

C'est possible de mettre les photos plus grandes ? Car elles sont bien mais trop petite je trouve :)
Les exploits de Damien dans l'épisode 3 ?

soupse a dit…

Dans un souci d'espace de stockage sur le blog, nous avons du réduire leur taille. Ceci dit, je peux te les envoyer via email en belle définition.
Les exploits de damien alias "Mr Hygge" seront survolés dans l'épisode 3 puisque Michi a été bien meilleur. Avant cela, je publierai, les résultats, fort intéréssant, des tests effectués au dynamomètre.

Plume a dit…

Que de prises de risque...

soupse a dit…

Tu es d'une ironie fleurie. Souhaites-tu venir t'essayer à la prise de risque...Je peux t'organiser cela facilement:-)

Plume a dit…

Non ça ira merci ;-) ! J'étais quasiment sûre de cette réponse... Avec mon vertige, je ne pense pas que cela pourrait passer, cela me donne la nausée...

Plume a dit…

Le simple fait de monter en haut s'escaliers me rend malade et ce depuis quelques années... Peut-être aussi à cause de ma super chute en parapente lors d'un décolage râté qui m'a coûté l'appétit du risque... :-( Mieux vaut jongler avec l'esprit et les mots et décoller en imagination...