2 août 2007

Et le désir s'accroit quand l'effet se recule...


Cet alexandrin de Corneille (dans Polyeucte) correspond bien à mon envie de Highline.Cela fait plus d'un trimestre que je ne me suis pas retrouvé en haut d'une falaise plein gaz et l'envie devient omniprésente. Les immeubles, les usines m'apparaissent comme des terres de jeux.
Le WE dernier je suis allé installer une petite highline (10 m de haut) entre deux grues d'une gravière allemande. Rien que le fait de l'installer - histoire de revoir les manipulations - m'a comblé de joie. La traversée, elle-même, fut presque trop facile. Il me manquait le vertige.
Si tout se passe bien, je pars dans les Alpes d'ici à deux semaines afin satisfaire cette démangeaison.

Hier, j'ai reçu le mail trés sympa de Thomas. Il a découvert le slackline par hasard et m'explique comment:
"Bonjour Damien.
Par un mauvais jour d'été (en ce moment cela ne manque pas), au travail sans travail (en gros : je me fais chier) je glandouillais peinard sur mes sites favoris dont le forum camptocamp. C'est alors que je tombe sur un post intitulé "slackline genève".

Pourquoi j'ai cliqué dessus ? Aucune idée, Genève c'est très loin de chez moi et j'y ai jamais mis les pieds, et slackline ne voulait encore rien dire pour moi. Mais toujours est-il que j'ai cliqué (j'avais vraiment rien a faire d'autre au boulot) et j'y ai trouvé des explication sur la slackline. Ca a l'air marrant alors hop google : slackline.

Je tombe en premier sur ton site (et le blog), videos sympas, pas mal d'explications, sa donne envie d'essayer. De retour sur le forum c2c je demande sans succés si il y a des adeptes autour de Toulouse. Pas de reponse. Snif.

Parti à la plage avec des potes pas grimpeurs pour un sou, je prends dans mon sac des moustifs et des vieilles sangles de parachutes recupérées par mon pére pdt son service militaire (c'est dire si elles sont vieilles). je mate une derniere fois les vids pour voir comment installer les sangles et c'est partis.
Sur place, tout fier, je demande à mes potes : "hey, on fait du slackline ?". j'ai eu pour seule réponse à peu près ça : O_o !! Ni une, ni deux je monte comme je peux mon bordel et je teste. C'est dur, plus dur que ça en à l'air. Pas le temps de décoller le 2eme pieds du sol que le premier commence deja à surfer comme ouf. On se soutient les uns les autres mais pas moyen d'aligner un pas en entier.

Déçus mais pas vaincus, je retesterais plus tard, de toute façons si j'y arrive pas c'est forcement parce que j'ai pas le bon matos :D alors il m'en faut une vraie. Commande passée le lendemain même.

Maintenant il me reste plus qu'à recevoir ma slack et à m'entrainer.
voila pour la (pas si petite que ça) histoire. (oui, je me fais encore chier au boulot! "

2 commentaires:

Anonyme a dit…

là je suis rentré chez moi et je sort de la piscine, alors tu m'excusera de faire des reponses plus courtes.


> Je dois quand même te prévenir malgré le "meilleur" matos (ouais, je me la raconte grave...;-)) les premiers pas sont délicats.<

on se trouve les excuses comme on peut :D laisse moi rêver

> Je te conseillerai de monter la slack sur une distance maxi de 5 m
pour la première fois afin qu'elle soit bien tendue<

vu la longueure de la sangle qu'on avait, on avait pas plus de 5m.
par contre ça à l'air de se détendre.

>Tu peux t'essayer aux entrées sautée, elles ne sont pas difficiles<

ça on a essayé, c'est pas si dur, mais bon c'est pas pour autant qu'on reste plus longtemps sur la slack.

Thomas a dit…

wahou !! t'es la première personne qui m'ai jamais publié. Bon je suis pas encore JK Rowling mais peut être un jour... bon je m'égare.

Sinon j'espere que le monsieur de la poste va me donner ma slack demain. comme sa je pourais l'essayer sur les bord de l'aveyron entre 2 mini festivals ce week end.