13 juil. 2007

Urban altruisme

Pendant que Charles se déplaçait à Scharnitz pour la 2em rencontre internationale de slackline organisée par Heinz Zak (cf. les posts précedents), je suis allé rejoindre l'association Unis vers le sport à Cronenbourg. Ils ont organisé le Stras'tour et m'ont demandé si "Slack.fr" pourrait bénévolement particper à la journée.

Ni une, ni deux et zhou me voilà installé au Skate Parc de Cronenbourg afin de faire découvrir le slackline à une foule de jeunes urbains avides de sensations.
Je dois dire que le slack était globalement en décalage aux regards des activités autrement plus viriles présentes telles streetball, bmx, skate ou parkour...Ceci dit la population féminine qui s'était déplacée, tout comme les plus jeunes, sont venus tester. Les danseuses de hip-hop s'en sont données à coeur joie et leur talent m'a vraiment impressionné.
Le soleil cognait aussi dur que les bières étaient fraîches. Une courte pause "Merguez, harissa, bières" et je m'en retournais vaillant mais déséquilibré à mon exercice.
J'ai expliqué tant bien que mal à un apprenti "yamakazi" que le slackline n'était pas aussi facile que cela en avait l'air. Il m'a morgué, a essayé et n'y est pas arrivé. La clé du slack réside dans le calme, la souplesse et la concentration.
Ensuite, j'ai eu la visite d'Alsatic Tv pour un entretien filmé...Je vous laisse imginer le désastre et vous invite à le visionner - (dernières 5 mn de l'émission Wax).
La clé de la télé réside dans le calme, l'expression et la relaxation...et zut, y'a encore gras de taff!

3 commentaires:

bardabu a dit…

J'ai essayé une fois le slack et j'étais étonné de voir ma jambe autant trembler alors que je me sentais pourtant calme.

La mollesse a dit…

Quand as tu essayé ? a bientot sur msn ;)

bardabu a dit…

Eté 2006. C'est le grand Charles qui a apporté du matériel et tout le monde s'y est mis. Je me rappelle que les enfants qui étaient présents ont bien aimé.