27 juil. 2005

Une étrange bestiole

En présentant l'habitat, à l'aide de nos 5 sens, nous allons mieux cerner la bestiole.

La Vue:
Depuis l'ouverture principale, par laquelle la lumiére du jour filtre péniblement, nous distinguons plusieurs amas. Ces amas sont d'une couleur uniforme, un marron jaunâtre. En détaillant chacun des tas nous trouvons des boules de tissu, des morceaux de bois, des papiers gras, des déchets plastiques ainsi qu'un tas ayant la particularité d'être un mélange de tous les autres. D'aprés nos connaissances, ce dernier tas serait la couche de l'animal.
Une source d'eau est présente, en témoigne les algues vertes, mousses et autres auréoles calcaire parsemant le bac en émail qui doit servir d'abreuvoir à la bestiole.

L'Odorat /
Le Toucher: Ces deux sens ce mêlent totalement dans l'habitat.
Dés le premier contact, l'air de l'antre pique les yeux. Cette brulure occulaire nous force à continuer l'exploration protéger derrière des lunettes.
En plus, l'analyse olfactive de l'air se révèle riche en surprise. Sa haute teneur en poil, en derme mort et autres particules flottantes nous aménent à balayer devant notre nez pour pouvoir continuer de respirer. L'odeur particuliérement accre, qui rappelle celle de la moufette canadienne, est si présente que la bestiole ne peut être loin. Serait-elle en décomposition quelque part dans l'habitat ou vient-elle juste de quitter la pièce?

Le sol colle, par moment, aux semelles de nos bottes. Les tas n'invitent pas au toucher. Ils semblent inaccessibles puisque nos deux mains s'agitent sans cesse devant notre nez. Toucher ou respirer il faut choisir

Le Goût:
Il est brutal. Sans concession pour l'estomac. L'air vicié se dépose par sacs entiers sur nos papilles et ces dernières réagissent violement. De nombreux spasmes nous parcourent le ventre. Ces secousses rendent l'exploration particuliérement difficile.

L'Ouie:
Qu'endends-je??? Merde la bestiole arrive, quittons sa chambre!



20 juil. 2005

Le Tour de France


Mémoralble. Nous sommes allés à la rencontre du Tour. Nous voulions affrontés les cohortes d'autres spectateurs rassemblées pour la grand messe de la petite reine. Notre folle équipée nous emmena au sommet du Grand Ballon.
Il faut vous dire que par précaution, et dans le but d'avoir LA place, nous partîmes la veille au soir...ce qui ajouta au piquant de l'événement.

A bord de notre bus orange, les commentaires allaient bon train concernant l'emplacement idéal de notre pencarte révolutionnaire.
Cette dernière scandait dans un élogieux silence:
"Allez le peloton, y'en mARreSTRONG!"
Il fallait lui trouver un endroit où elle ne serait pas dissimulée parmi ses consoeurs de moindre classe telles que "Ullrich, Go" ou "I love Armstrong". Ce fût fait, la photo en témoigne.

La nuit précedent l'étape ne fût pas calme du tout. Arrosée comme il se doit. Nos voisins les plus créatifs chantérent même la Marseillaise dans des registres jusque là inconnu. Au sommet de leur art ils lancérent un "c'est à baborddd qu'on gueuleee... qu'on gueule"(bis repitita) qui résonna longuement dans la vallée. Vain le tour des chorals rectal et autres concours de rot. C'étaient beau! Le meilleur fût lorsqu'aux alentours des 6h00 du matin. L'un de nos agités voisins s'écria, sur le ton de la provocation: "Eh les gars vous pensez pas que y'a des gens qui veulent dormir!"...Emouvant, vous dis-je.

Aprés un réveil laborieux, nous vîmes les amateurs passionnés et autres club de vélo se dépenser dans la montée. A partir de cet instant nous fîmes chauffer nos sloggans:
  • le classique: "allez, allez, allez!!!!"
  • le rageur: "vas-y mon gars, arrache tout"
  • l'attentionné:"Plus que 500 métres, t'y es presque."
  • le San Antonio: "Putain du nerf, tire-toi les doigts du cul, pédale avec tes couilles!"
Nous devons reconnaître que ce dernier n'apporta pas que sympathies.

Quelques heures aprés vinrent les caravanes. Leur lot de cadeaux inutiles, de jeunes femmes épanouies sous leur casquette "Vache qui rit", de son inaudible geulé depuis des véhicules aussi beaux les uns que les autres, nous transporta d'émotion. La caravane du Tour, c'est un moment magique.

Puis une clameur se fit entendre. Les coureurs approchérent rapidement et passèrent aussi vite. Le premier en tête. Le dernier en queue. Au milieu le peloton.

Pas mal.

14 juil. 2005

Slackons ensemble

C'est vrai que je n'ai pas été des plus clair concernant le Slack. Afin de remédier à cette faute voici quelques unes des meilleures adresses internet du moment.
La liste suivante n'est pas exhaustive et toute coopération est la bienvenue.

Bonne session!

9 juil. 2005

Da SlackTeam


Les 4M sont des adeptes du Slack. Il y a Mitch, Manolo, Miloche et La Molesse. Cela fait environ une année qu'ils pratiquent la sangle avec une assiduité toute mesurée...
Tel des Cowboys-Manouche, ils s'aventurent d'Est en Ouest à la recherche du Slack parfait. Peut-être les avez-vous déjà rencontrés dans la rue, entre deux arbres, derrière un bar ou au volant d'un camion ?

Le Slack parfait, c'est l'équilibre d'un instant. A l'instar des surfeurs qui guettent l'eau, des clowns qui attendent le rire, les 4M poursuivent l'équilibre.
Cette quête jalonée par patience, errance et démesure donne du style. En effet, Miloche a acquis l'élégance épurée des plats roumain, Manolo la démarche nonchalante d'un garçon vacher, Mitch la légereté tranquile d'un sumo et la Molesse la classe d'une Harley Davidson.

7 juil. 2005

question d'équilibre

On répète: "Kézako le Slack, le Slakkline ou encore le Slakline?"
Ceux sont des mots qui proviennent de l'anglais, plus ou moins modifier afin de pouvoir se faire une place sur l'internet.
Slack signifie: mou.
Line signifie: ligne

Donc on peut dire sans trop se tromper que Slackline signifie: fil mou ou ligne molle. Le Slack semblerait être la version francisée de la pratique. Quant au slakkline il correspond à la version norvégienne...voir www.slakkline.no

Que peut-on donc faire sur un fil mou?

la technologie c'est bô!


Y'a dix minutes de cela je me confondais dans l'ennui. ... et le voilà maintenant essuyé sur la toile des bloggers.
Je connais rien à ce nouvel exercice. Il paraitrait qu'on y lie des amitiés, qu'on y crée des débats, des échanges...à voir!?!


Connaissez-vous le "slack", le "slackline" ou le "slakkline"?
Si oui, je suis à la recherche de tous types d'informations sur cette pratique.

Si non, il s'agit d'un exercice d'équilibre plutôt marrant...à vous d'en juger!