21 août 2005

ok, on met tout à plat (rere-suite)

Ne pouvant breveter la poulie, je décidais de déposer la marque….Ai-je perdu au change ? L’avenir nous le révèlera.

Maintenant, il me fallait rencontrer les banquiers pour ouvrir un compte de société et par là pouvoir prétendre à un crédit. Je choisis une banque au hasard et demandais rendez-vous.

Quelques trucs pour réussir votre prestation auprès d’un banquier quelconque :

· Etre bien habillé : faut être chic pour parler fric.

· Amener un business plan épais : plus c’est gros, plus ça rassure

· Poser deux-trois questions techniques : Quels sont les tarifs pour une L/c à vue ? Quelles sont vos banques partenaires en Inde ?

· Ecouter : le banquier sait mieux que vous gérer votre argent, laissez le parler.

· Connaître votre produit et ses clients potentiels : il peut vous prêter de l’argent si seulement il est rassuré.

· Amener un plan financier simple : besoins / ressources, rien de plus.

· Apporter l’ensemble de vos documents : le banquier a la fâcheuse habitude d’oublier de vous demander les documents à amener. Facilitez lui la tâche, pensez à sa place.

Mon entretien se déroula très bien, compte ouvert et promesse de prêt.

Afin de bénéficier de l’exonération des charges sociales lors de la première année de création d’entreprise apportée par l’ACCRE, j’ai du assister à un cours de création d’entreprise. Ce cours obligatoire offert par votre Délégation du Travail, sera vous enchanter. Si, si !

Nous voilà une quarantaine d’entrepreneur de tous horizons entassé au milieu d’une salle trop petite. Le chef des opérations va stimuler ces entrepreneurs par un discours monocorde, périlleux, embrouillé et long, …très long. Avec ces pages « powerpoint » à suivre les unes après les autres nos cerveaux sont mis à mal et nos regards deviennent bovins. Nous sortons les bras chargés d’un énorme dossier à remplir. L’administration aime le papier.

Aucun commentaire: