17 août 2005

ok, on met tout à plat (re-suite)

*Mai 2005

C’est le mois des rencontres avec mes différents interlocuteurs (responsable de concours, INPI, banquiers et responsable de l’ACCRE).

 

Premier entretien : le gros Stress.

 

Je me rendis dans les bureaux de l’ANVAR pour rencontrer une chargée de projet. Je me trompais de direction puisque dans la panique j’avais oublié la carte. Le temps passait, je cherchais, je paniquais. Arriver en retard lors de votre premier entretien sentait le mauvais présage. Enfin je trouvais les locaux. Pas de place de parking à proximité, tant pis j’arriverai en sueur. Courir en costard n’est pas facile. La goutte perle vite sous les bras, la chemise se tâche, les chaussettes brûlent.

Malgré mon odeur de moufette, la chargée de projet m’accueillit avec le sourire. Ce simple geste me calma. Je lui exposai en détail les prémisses de mon projet et écoutait ses remarques.

Mon produit ne semblait pas assez technique pour que je puisse le breveter. Bien sur le concept, en lui-même est innovant mais pour avoir des chances au concours il m fallait trouver un détail technique qui permettrait de breveter l’engin.

Pour ce faire, je n’avais plus qu’à explorer le labyrinthe d’informations que représente la bibliothèque des brevets de l’INPI.

 

L’INPI de Strasbourg est un vieux bâtiment qui recèle des milliers de documents décrivant méthodes et techniques. Les 20 dernières années d’inventions ont été numérisées sous format CD. La conseillère me demanda les caractéristiques techniques de la poulie afin de m’orienter vers les bons fichiers. Elle me plaça face à un écran et m’apporta plus d’une 30 de CD. Il me fallut plus de deux journées pour en faire le tour.

Le plus dur restait à se familiariser avec le vocabulaire utiliser dans les dépôts de brevet. Fort heureusement certains de ces fichiers était accompagnés d’un schéma.

A la fin de ces deux jours, j’avais la certitude de pouvoir breveter ma poulie. Je me trompais…La conseillère m’expliqua les modalités de dépôts de marque, de brevet et le fonctionnement des enveloppes SOLEAUX.  Puis, elle me conseilla de vérifier auprès du service américain des brevet afin d’être sûr que ma poulie n’était pas déjà dans le domaine public.

 

Je trouvai le site sur internet (www.uspto.gov ). MERVEILLE ! Tout est numérisé depuis le début du XXeme siècle. C’est gratuit, facile d’utilisation et chacun des brevets est déposé avec son schéma descriptif.

Je parcourais, par année décroissante, toute les sortes poulies et autres systèmes de treuillage. Chacune des années qui passaient me laissait envisager, un peu plus, le dépôt d’un brevet jusqu’en 1904 ! Le sol de la chambre était parsemé de plans imprimés, de détails techniques. Depuis plus de trois jours je m’acharnai à chercher le petit détail qui pourrait breveter ce système. Et voilà qu’en 1904 un gars avait eu la même idée. Avec une telle révélation, sûr que j’ai pas inventé l’eau chaude !

 

 

Aucun commentaire: