Qui sommes nous ? About ?


All about balance. Tout est une question d'équilibre.
Cette phrase illustre Slack depuis ses débuts en 2005.
Alors que personne n’avait entendu parler de sangle molle, Damien Mercier décida de pousser le slackline vers les projecteurs en créant la marque Slack et le site www.slack.fr, ainsi que la boutique en ligne de slackline. Vous êtes ici sur notre blog.

20 sept. 2018

Tête d'Alouette connection Sangle à Sangle - Lark's Head Knot Connection

------ English Below -------


Ce billet détaille des tests réalisés sur des connections en tête d'alouette.
Tête d'alouette entre 2 boucles


Il est important de bien positionner les brins pour un desserrage plus simple en fin d'utilisation
Dans nos recherches pour développer de nouveaux kits de longline entre 35 et 50m, nous avons eu explorer l'utilisation de ce genre de noeud. Très pratique et utilisée dans beaucoup d'autres sports, la tête d'alouette se confectionne avec 2 boucles que l'on imbrique l'une dans l'autre.

Une fois correctement passées, les 2 boucles se placent très bien entre elles et forment un ensemble homogène, qui garde le plat, et sans connecteur. Le fait de nouer ensemble deux sangles textile n'est pas un problème, car le noeud correctement réalisé et serré va se bloquer et ne pas provoquer d'echauffement. Toutefois, une gaine de protection sur l'une des deux sangle est un plus.

C'est idéal pour connecter une sangle longue avec un autre morceau de sangle plus court, moins pratique pour connecter 2 morceaux de sangle longs, car il faut passer la totalité d'une des sangles dans l'autre boucle.

Tests de résistance :
On confectionne une tête d'alouette avec une sangle munie d'une gaine (la slackline du système de tension - en sangle Moonwalk), et une autre en boucle simple (la slackline de marche - Supertube ou Superflat)

Voici les résultats des tests effectués pour notre prochain kit 50m qui aura les Supertube RVD et Reggae, et les Superflat Maverick et Spring.

Supertube : rupture à 19kN de la sangle derrière la boucle cousue (15kN mini) , la tête d'alouette est intacte.

Spring / Maverick : nous avons dépassé les 20kN de tension sans rupture des sangles, ni des coutures, ni des têtes d'alouette. Cependant nous constatons des marques sur les têtes d'alouettes (tests réalisés sans gaine de protection)
Le desserrage de la tête d'alouette se fait sans aucun problème, même après de telles tensions.



Conclusion :
La tête d'alouette offre plus de résistance que la boucle cousue d'une supertube, mais commence à se détériorer avant la rupture d'une boucle cousue de sangle plate (vers 25kN).
En conclusion, nous validons le concept de tête d'alouette entre deux boucles cousues que nous commercialisons, soit une charge de rupture maximum de 15kN.

En charge d'utilisation, il sera donc judicieux de ne pas dépasser les mêmes préconisations que pour les boucles cousues, soit 5kN.

Enfin, comme pour tous les noeuds, il est judicieux de désserrer la tête d'alouette entre 2 utilisations pour que les fibres se reposent et ainsi prolonger la durée de vie des boucles.

------------------------------------------ English ----------------------------------------


This post is detailing the use of Lark's Head knot between two loops.
Lark's head knot

It's important to make a nice knot to be able to untie it afterwards

In our search for new longline kits from 35 to 50m, we explored the use of this knot. Very easy and widely used in a lot of sports, the lark's head knot is simply two loops threaded through each other.

Once correctly set, the 2 loops behave quite well, the webbings stay flat and there is no connector needed. Doing a knot like this between two webbing is not a problem, as the knot will lock itself gradually and no heat or friction will be produced. However, a protection sheath is a plus.

Resistance test :
A lark's head knot is done with  a protected webbing (tensioning webbing - in Moonwalk webbing) and a simple loop (walking webbing - Supertube or Superflat)

Here are the results for our new 50m kit, available with supertube RVD and Reggae, and Superflat Maverick and Spring.

Supertube : the webbing breaks at 19kN behind the sewn loop (15kN mini). The lark's head is intact, and easy to remove.

Spring / Maverick : we exceeded 20kN without any break from the loops and the Lark's Head knot. However, the loops start to be damaged (tests with no protection sheath)
The knot is easy to untie even after so much loading.


Conclusion :
The Lark's head knot is more solid than a sewn loop on a Supertube webbing, but will damaged the loop fibers a little bit before the loop of a superflat breaks (around 25kN)
As a conclusion, we advise to use the Lark's Head between two loops at the same load than sewn loops, which means a breaking load limit of 15kN maximum.


In use,  it's wise to keep the same characterisitics of the sewn loop, so 5kN of working load limit.

In the end, as every knot, it's recommended to untie the Lark's head, between 2 use, so that the fibers can rest with no former stress, for a longer integrity over time.

22 janv. 2018

Antoine Mesnage fait sa PANAMERICAN - Partie 3



Salut à tous !

Nous continuons avec Estelle notre voyage sur la route Panaméricaine, et après avoir quitté le Canada, nous sommes ensuite arrivés aux Etats Unis.

La slack ayant commencé la bas, il semblait évident que ce serait le pays dans lequel nous aurions le plus d’opportunités pour installer des lignes et rencontrer des gens. Et ça n’a pas manqué …

Notre première destination fut le Colorado. Dans l’une de mes nombreuses soirées “recherche de spots et d’infos”, j’étais tombé sur des photos d’un spot super sympa, ou un festival avait même lieux tous les ans plus tard dans l’année : Poudre Canyon.
N’ayant aucune infos sur les lignes existantes à part quelques photos trouvées sur Facebook, on décide quand même d’aller voir de plus près en emportant le matériel d’escalade. Après une bonne heure de repérage, on décide de grimper deux tours sur lesquelles on pourrait installer une ligne d’environ 40 mètres.
On trouve des ancrages d’un côté, on aubane un rocher de l’autre, et c’est parti ! Une bonne installation sportive, qui nous aura demandés de se bouger un peu pour grimper ces deux tours.


POUDRE CANYON : 



On profite de notre passage au Colorado pour aller dire bonjour à Mickey Wilson. Malgré l’envie de slacker, le mauvais temps nous obligera à trouver d’autres activités : Vidange, nettoyage du camion …

Ne voyant pas le temps s’améliorer dans le Colorado, on se dirige donc vers l’Utah, ou il semble faire plus chaud. Et en effet, en arrivant à Moab, la pluie s’arrête.
On rencontre Michelle et Sylvan, deux locaux avec qui nous installerons dès notre arrivée une Mid Waterline assez mythique de la ville, entre un gros bloc et un pont : 70 mètres de Maverick V3 rose et blanche, bien mous et sans Back Up, c’est pas du gateau !


Bridge Line

La communauté présente à Moab ainsi que les nombreux Canyons aussi magnifiques les uns que les autres, nous auront bien ouvert leurs portes, et permis de découvrir différents spots :
Le Highland Bowl, ou nous installerons trois lignes entre 20 et 55 mètres, afin de se mettre en jambe.

HIGHLAND BOWL





Quelques jours après, Sylvan, Andy Lewis et d’autres locaux nous proposent d’aller équiper deux lignes de 100 et 120 mètres à Bar M, un canyon accessible en voiture, à 15 minutes de Moab.
Avec des installations des plus faciles : le paradis du slackeur ! Une sacrée belle journée j’aurais en plus flashé aller retour la 120 mètres en Nylon.
Que du bonheur !

higline bowl


Avant de partir de Moab, il nous fallait quand même aller visiter un spot mythique : Le fruit bowl.
Si vous faites de la slackline, vous avez forcément entendu parler de ce spot !

Sans surprise, nous n’étions pas les seuls à nous y rendre pour le week end.
On installe une des lignes mythiques du spot : Une 60 mètres bien gazeuse s’ouvrant sur le canyon à plus de 150 mètres de haut.

On profitera du coucher de soleil, puis du lever du soleil sur le spot, à immortaliser cette roche rouge et ces canyons infinis.


Fruit Bowl

Après une semaine bien chargée à Moab, il était temps pour nous de continuer notre route.
La neige semblait s’annoncer dans les prochaines semaines, et nous savions que une fois celle ci tombée, il ne serait plus possible d’aller installer une highline dans le Yosemite.

Mais nous profitions quand même du temps que nous avions pour visiter les différents parcs des USA, tous aussi bluffants les uns que les autres.

En cherchant des infos sur Zion National Park, on remarque qu’une ligne avait été installée près d’une rando que nous envisageons de faire : Angel’s Landing.
Dans le doute, nous prenons donc le matériel pour équiper une ligne de 50 mètres, si l’occasion s’y présente.

Le spot ne fut pas difficile à trouver, et contents de ne pas avoir monté le matériel pour rien, nous commençons le passage de la ligne. J’essaie d’abord de lancer la sangle de l’autre côté, impossible et nous n’avions pas pris de cordelette pour faciliter le passage de ligne. On commence donc à faire le tour du canyon, entouré d'arbres tous plus piquants les uns que les autres, et de sapins suffisamment hauts pour rendre le passage de ligne bien difficile.

Après une bonne heure de galère et la peau des doigts en moins, la ligne est finalement des deux côtés du canyon. Il ne nous faudra ensuite pas longtemps pour finir l’installation, et traverser cette jolie ligne, bien plus facile à marcher qu’à installer ;-)


Zion

Quelques jours plus tard, nous nous rendons à Red Rock Canyon, à côté de Las Vegas. Cet endroit, est l’hiver, un paradis pour grimper, mais aussi pour slacker.
On profite d’être dans le coin pour installer une petite ligne de 20 mètres avec un Brésilien local, Igor.


La neige arrivant à grand pas, nous nous dépêchons de rejoindre le parc national du Yosemite afin de mettre une highline à Taft Point, un rêve de plus à réaliser dans ce pays magnifique.
Le parc national du Yosemite a été l’endroit ou la highline a commencé aux US, et dans le monde aussi.

Certaines highline demandent une grosse équipe pour être installées, mais heureusement, celles de Taft Point pouvaient largement s’installer à deux, et n’était pas moins magnifique que les autres.

Nous installons rapidement la plus grande ligne du spot, 55 mètres avec un gaz énorme. Malgré la distance assez courte, la première traversée, bien que passée du premier coup, ne fut pas si facile, tellement cette ligne me faisait peur !
Mais après quelques allers retours, la peur avait disparu, et laisser place à un immense plaisir, de traverser une des lignes les plus belles et les plus emblématiques que j’ai pu découvrir. Le pied !


Highline Yosemite

Après avoir découvert tous ces spots et slacké plus de 15 lignes différentes lignes aux Etats Unis, j’avais déjà largement accompli mon rêve Américain. Mais, ayant le parc de Joshua Tree sur la route du Mexique, il nous restait donc encore un spot emblématique à découvrir.

Une fois de plus, après quelques recherches sur Facebook et quelques prises de contact, nous rencontrons des locaux avec qui nous installerons plusieurs highlines :
  • Une première de 50 mètres à Hemingway wall, peu gazeuse par rapport à la précédente (Taft Point), mais très jolie et une bonne mise en jambe de l’approche “Boulder” de Joshua tree
Joshua Tree Hemingway

  • Une deuxième ligne nommée “Hall of Horrors”, toute petite mais qui nous aura donné du fil à retordre pour l’installation. Le vent soufflait énormément, et il fallait grimper un peu pour accéder aux ancrages. On finira quand même par installer la ligne au coucher du soleil. Encore une ligne qui prouve que ce n’est pas la longueur qui fait la beauté du spot !

Joshua Tree - Hall of Horrors
  • Enfin, lors de notre dernier jour sur place, nous rencontrons une équipe de slackeurs sur le point d’aller installer une 100 mètres qui avait été tendue seulement une fois, et jamais traversée. On se greffe donc à l’équipe et les aidons à installer cette jolie ligne, un peu plus hautes que les deux précédentes.
Une fois tendue, nos amis locaux font plusieurs tentatives mais, avec la fatigue de l’installation, ne parviennent pas à traverser la ligne.
C’est à mon tour de me lancer, je suis aussi bien fatigué d’une journée chargée en escalade et en installation, et commence ma traversée avec des jambes tremblantes et une concentration difficile à trouver.
Voyant cependant la ligne agréable à marcher et me demandant simplement de rester calme, je me détends et parvient à flasher cette ligne.

Highline 100 m Joshua tree

C’est donc avec les lumières du soir que je m’amuse sur le retour de cette ligne de 100 mètres, qui sera notre dernière aux Etats Unis.

Après avoir passé tous ces merveilleux moments, installé des lignes toutes plus magnifiques les unes des autres, il était temps pour nous de quitter les Etats Unis, pour découvrir notre troisième pays : Le MEXIQUE !

A bientôt pour de nouvelles aventures !

UNE MINUTE AUX USA :




Toutes les highlines sont pointées sur la carte de notre voyage disponible ici : https://www.espritsoutdoor.com/le-projet/au-fil-du-voyage/ou-sommes-nous/



Antoine Mesnage