30 juil. 2015

Tout pour la Frime - Highline au Parmelan (74)


Le week-end dernier fût bien chargé, entre highlines, bivouacs, marche d’approche au soleil, orages, waterline, apéros…
Mais commençons par le commencement : de passage par le bureau Slack, j’y croise Antoine. Après quelques détails à régler pour lui, et après avoir fini de squatter le canap’, internet et l’imprimante pour moi, nous décidons de partir poser la waterline de Duingt, 80m au-dessus du lac d’Annecy en fin de journée, il y a de moins bons moyens de terminer une après-midi… Une fois la session terminée Antoine me propose de le rejoindre lui et des amis au Parmelan pour un week-end d’ouverture de highline (oui, chez les slackers le week-end commence le jeudi après-midi).


Le rendez-vous est pris pour le soir même, 20h à Aviernoz, pour monter ensemble au chalet de l’Anglette.
Nous retrouvons là-haut Pierre, Lou, Pag, Micka, Manu et Heinrich, un Allemand très discret, qui ont déjà posé la highline du Béard dans l’après-midi. Du moins ont-ils essayé. Effectivement en arrivant sur place Antoine constate qu’ils n’ont pas pris les bons arbres et n’ont donc pas posé la bonne ligne. Sentiment de trahison, panique, de


nombreuses émotions semblent se bousculer dans la tête d’Antoine, mais après un long moment de discussion, d’engueulades, d’injures et autres confrontations physiques et verbales, deux choses sont mises en évidence : la ligne restera installée comme telle grâce à Pierre, imperturbable dans la bataille, et Antoine n’est pas venu ici pour acheter du terrain.
Nouveau venu dans le groupe, je n’hésite pas à prendre position concernant l’installation et n’importe quel détail est bon à prendre pour réprimander les malheureux installateurs.
Maintenant on le sait, la Team Slack n’est pas montée là-haut pour chauffer le banc, ni pour se faire des amis d’ailleurs.
C’est alors qu’Antoine et moi échangeons un regard qui en dit long. Oui, Heinrich Von Zimmel pourrait nous rejoindre au Panthéon de la slackline, il pourrait lui aussi devenir une superstar, et rejoindre la #TeamSlack… Il faut en parler au bureau et nous nous promettons de le faire dès lundi.



Après avoir fait quelques essais de nuit, nous redescendons au bivouac pour manger et c’est autour d’un feu de bois et de quelques bières que nous tentons tant bien que mal de nous réconcilier. Mais la discussion sur les OVNI et les partis pris de Pierre et d’Antoine participeront à nous faire tous passer une soirée médiocre, seuls au bivouac, autour d’un feu de bois par une tiède nuit de juillet.


Le vendredi matin nous remontons à la ligne du Béard, du moins sa variante, baptisée La Pinaille en souvenirs des nombreux pinaillages autour du set up, du choix des arbres, etc… pour slacker un peu et démonter afin de passer au spot suivant.



Nous rechargeons donc les sacs de matériel, faisons le plein d’eau (pas moins de 30l à monter) et attaquons la rando sur les coups de 12h30, qui comme tout le monde le sait, est la meilleure heure pour débuter une randonnée au mois de juillet.
A noter que notre ami Manu aime se mettre des, je le cite, « défis personnels ». Effectivement, Pag ayant fait un vol en parapente le matin, n’est pas là pour le début de la randonnée. Manu ne se sentant plus de joie, décide de monter avec son sac (15kg), les deux sacs cabas pleins de bières (en verre), de bougies anti moustiques (en verre), de bouteille de vodka (en verre), de Sprite, de Schweppes, de pot de pâté (en verre aussi évidemment) soit environ 15kg, et pour finir du sac de Pag, soit encore 15kg supplémentaire environ. C’était effectivement un beau défi, et si ce n’est l’abandon du sac de Pag en cours de route, défi réussi, bravo le veau !

Après deux heures de marche, nous passons le Ritson Gap en pensant à Damien, et nous écroulons sur le spot repéré par Antoine et Estelle plus tôt. Après un repas sur le pouce nous commençons les install’. Antoine préfère se la péter en mode initiations à l’installation pendant que dans mon coin je joue la carte du solitaire sexy.
Après une heure ou deux d’installation deux nouvelles lignes sont ouvertes : la Tu Parles Trop (13m de long, 6m de haut) et Le Trou du Cheval (ou Horse’s Gap) une 40m très peu tendue avec une belle exposition sur Annecy, le tout sur ancrages naturels.


Antoine ouvre le bal sur la 40, et comme l’esprit de compétition nous anime l’un comme l’autre et que le plaisir n’est pas une composante essentielle d’une bonne session highline, les tricks s’enchainent rapidement, chaque run répond à celui du run de l’adversaire, dans l’unique but de l’écraser.







Pierre et (le) Lou se mettront également de beaux fight sur cette ligne, avec un essai particulièrement réussi pour Mr Poisson qui en passe la moitié au premier essai !





Du côté de la 13m on notera aussi de bons déblocages, avec des allers, ½ tour et retour, des expos, des marches arrière pour Micka, ça passe presque pour Louis qui tombe au trois quarts, un départ pour Estelle et de belles tentatives de Manu !





La nuit vient, et le deuxième bivouac avec elle. Nous sommes cette fois posés sur d’immenses dalles lisses bordées de larges trous dans lesquels il vaut mieux ne pas se vautrer dans le noir.
Quentin nous rejoint pour la soirée avec un ravitaillement en bière, en espérant pouvoir sauter en parachute le lendemain matin.
La soirée se passe, tout aussi morne que la première. A noter toutefois une pyramide de magnifiques fessiers à la lueur du feu, ainsi que l’arrivée nocturne d’Haël et Clémentine.


Vient l’aube, et le vent avec elle qui obligera Quentin à redescendre à pied après avoir offert à son parachute une belle promenade, puis l’orage qui nous fera nous lever les yeux encore collés pour remballer le campement, désinstaller les lignes avant d’aller se mettre à l’abri au refuge.
Là plusieurs membres de « la mission Parmelan » nous quittent (Notamment Clémentine, qui a bien apprécié l’aller-retour chargée comme un bœuf, et sans slacker) et nous restons, Antoine Pierre, Hael, Louis, Pag, Manu et moi à attendre le beau temps. Lequel ne mettra pas longtemps à revenir, et sur la proposition d’Antoine nous repartons pour poser une 35m, la Dret dans l’Pentu, qu’il avait déjà ouvert, à 5min du refuge.


La ligne est en pente, le set up n’est pas agréable, la fatigue se fait sentir et c’est ce moment-là que choisit Heinrich pour nous montrer de quel bois il est fait. Et cet homme originaire de Rhénanie du Nord n’a pas fini de nous surprendre ! Il enchaine la ligne à toutes les sauces, nous sommes scotchés !



Après cette dernière highline du week-end nous redescendons vers la civilisation, et vers une bonne douche.
En compagnie des survivants nous finirons la journée par une waterline à Angon, sur la rive du lac d’Annecy, avant d’aller faire péter un petit resto bien mérité.




Le lendemain c’est reparti avec une motiv’ water dans les gorges du Fier pour poser trois lignes : 20, 50 et 110. Malgré les deux mains gauches d’Antoine qui lui font perdre un banana et une manille, les installations se passent bien, et il se rattrapera en nous montrant que s’il a deux mains gauches, il a deux pieds droits : 110m du premier coup ! Bien joué le jeune, même si ça ne l’empêchera pas de nous parler de son pauvre banana et de son pauvre compte en banque toute la journée.



Heinrich lui aussi nous étonnera, encore, en pliant « onsight » les trois lignes. Quelle machine !
La journée se terminera tranquillement entre saut de falaise, accro yoga et les habituels pinaillages de la troupe.

Dès le lundi nous appelons le bureau et convainquons facilement Thibaut de recruter Heinrich, l’Outsider. Bienvenue dans l’équipe (welcome to the team man!), slacklife bro’ !


Thibault Cheval


27 juil. 2015

Des Frenchies à Munich



A peine rentrés des Natural Games que Slack.fr nous emmène en Allemagne où est organisée la Globetrotter Slackline World Cup, première compétition de slackline en tandem !
Une nouveauté et un vrai défi car rider à deux demande technique et training intensif afin de bien connaître son partenaire et d'assurer le show...
Antoine Mesnage et moi (Romain Billard) sommes donc partis pour représenter la France face aux meilleurs mondiaux.



Alors qu'Antoine est confortablement assis en première classe de son Boeing 737, je teste le confort tout relatif du bus de nuit. Et après 13 heures de route, la conclusion est sans appel... PLUS JAMAIS !
J'arrive tout de même entier samedi matin et me décarcasse avec les rudiments d'Allemand qui me restent du collège (ich liebe dich, ein bier bitte ?!) pour trouver la Königsplatz où les organisateurs ont commencé leur installation.

Super accueil des allemands qui nous proposent direct de partir sur une waterline tendue au dessus de L'Eisbach (« ruisseau de glace ») ; joli spot pour se mettre en jambe étant donnée la chaleur de ce début d'été. Les reflets du soleil et le courant assez fort de la rivière ajoutent un peu de piment à la session !
Juste derrière la waterline, les surfers s'en donnent à cœur joie sur une vague permanente !



Avant de passer à la découverte de la gastronomie et des bières allemandes, tous les riders sont invités pour une petite visite de Globetrotter (partenaire de la compet ndlr), un shop de fou dédié aux sports outdoor sur trois étages. Alex Mason pique mon skate et se lance dans un run à plat ventre dans les allées, au grand dam des agents de sécu !

Chose promise, chose due, l'orga nous offre un bon repas et après nous avoir fait vider plusieurs fûts de Pils nous explique les nouvelles règles de ce premier contest en tandem !
On chill encore un peu à l'hôtel avec Antoine puis je ne suis pas mécontent de retrouver un vrai lit pour récupérer avant la compet.
Cette édition GSWC est aussi l'occasion d'inaugurer la première compétition féminine, avec un très beau spectacle dès le matin !Giovanna Petrucci, qui m'avait infligé une petite correction aux NG, remporte la première place haut la main !



Changement de ligne, et de hauteur (1m50 !) pour les hommes ; les riders s'échauffent et le public, venu en masse, commence à en prendre plein les yeux...
Chaque équipe a ensuite 3 minutes pour faire ses preuves, en répartissant le temps entre les deux riders ou en se lançant en duo sur la ligne.
On décide de jouer le jeu avec Antoine et après quelques tricks en solo, je le rejoins sur la ligne pour du vrai tandem !





Première expérience improvisée, tant pour lui que pour moi ; pas facile de lutter contre des monstres comme Tauri Vahesaar et Jaan Roose qui avaient déjà publié une vidéo spectaculaire de leurs exploits en duo et qui ont encore progressé dans le domaine.



En attendant la finale, les quatre meilleurs mondiaux font le show en envoyant leurs plus gros tricks.
Le match final oppose sans surprise, Jaan et Tauri à l'équipe US représentée par Alex Mason et Diego « Pichichi », et la victoire revient aux Estoniens qui ont clairement mis la barre très haut en matière de ride en tandem !



Le week-end est déjà fini, mais je reste profiter d'un jour off à Stuttgart... Encore un road trip super enrichissant, aussi bien sur le plan sportif que sur le plan humain !
On prend encore plus conscience des valeurs de la slackline en se déplaçant au delà de nos frontières et en se liant d'amitié avec d'autres riders : partage, découverte, esprit de liberté, SLACKLIFE quoi !
Merci à Thibault et Slack.fr de rendre tout ça possible, Niko pour son accueil et son aide sur place, mon acolyte Antoine, et toute la team allemande qui a mis les petits plats dans les grands pour cet événement !